•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des conseils pour surmonter le choc émotionnel de la tempête Fiona

Deux personnes examinent un grand arbre déraciné et couché en travers d'une rue.

La tempête post-tropicale Fiona peut avoir entraîné des conséquences psychologiques chez les gens qui l’ont vécue. Ci-dessus : des gens constatent des dégâts à Sydney, en Nouvelle-Écosse, le 24 septembre 2022.

Photo : La Presse canadienne / Vaughan Merchant

La tempête post-tropicale Fiona a causé beaucoup de dégâts matériels sur son passage et elle peut aussi avoir entraîné des conséquences psychologiques chez les gens qui l’ont vécue de près.

Oui, absolument, surtout si la tempête crée un réel danger. La peur de mourir vient en ligne de compte ou les grandes destructions qui peuvent affecter réellement le fonctionnement de la vie des personnes, souligne une psychologue au Centre mieux-tre à Bathurst, au Nouveau-Brunswick, Ève Arseneau, au cours d’une entrevue accordée lundi à l’émission Le réveil Île-du-Prince-Édouard, d’ICI Acadie.

Ève Arseneau.

La psychologue Ève Arseneau

Photo : Gracieuseté/Ève Arseneau

Tout le monde peut être touché par les faits d’une façon ou d’une autre, sans nécessairement être prédisposé au stress.

Ça peut quand même créer des symptômes de perturbation, difficulté du sommeil, difficulté de l’appétit, irritabilité, sensibilité, donc un peu un sentiment d’épuisement, de réviviscence, un peu comme des flash-backs ou des cauchemars de cet événement-là qui a pu se produire et qui était perçu ou réellement dangereux pour eux, explique Ève Arseneau.

L’être humain peut prendre quelques semaines à s’adapter à de tels changements et à se remettre du choc psychologique.

Mais par la suite, si ces symptômes-là perdurent après quelques semaines, après un mois, ce serait vraiment important d’aller consulter un professionnel de la santé pour s’assurer que ça ne dégénère pas de plus en plus, recommande Ève Arseneau.

Elle conseille aussi aux gens touchés par la tempête de reprendre les activités agréables qu'ils avaient l’habitude de faire auparavant, ce qui peut les aider à se remettre de leurs émotions. L’activité physique ou une simple promenade en plein air peuvent aussi exercer un effet apaisant.

Des conseils pour les parents

Les parents, ajoute Ève Arseneau, devraient aussi être attentifs à la santé mentale de leur enfant. L’enfant peut ressentir des symptômes et les intérioriser, ce qui les rend plus difficiles à remarquer.

Donc, c’est important de prendre un petit peu de temps chaque jour, au moins quelques fois par semaine, avec nos enfants pour discuter un peu de comment ils vivent ça, comment ils ont perçu ça, comment ils se sentent, et regarder un peu les symptômes, voir s’il y a des changements dans leur routine, leur comportement, leurs émotions, leurs réactions, ajoute Ève Arseneau.

Toute discussion du genre ou tout changement de comportement peut donner aux parents des indices que leurs enfants s’adaptent bien ou non au choc émotionnel de la tempête, conclut la psychologue.

Avec les renseignements de l'émission Le réveil Île-du-Prince-Édouard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !