•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les jeux de hasard et d’argent en ligne : risqués et illégaux

Saviez-vous que les jeux de hasard et d’argent en ligne sont illégaux au Canada, sauf s’ils sont supervisés ou exploités par une province, comme les jeux de Loto-Québec. Ils sont de plus en plus nombreux et peuvent être très dévastateurs.

Les jeux de hasard et d'argent sont tellement accessibles qu'on peut facilement y jouer sur son cellulaire.

Les jeux de hasard et d'argent en ligne ont des caractéristiques sonores et visuelles qui les rendent très attrayants pour les jeunes.

Photo : Radio-Canada

Musicien de Sherbrooke, au Québec, Mathieu Longpré ne croyait jamais devenir un joueur compulsif. Les machines à sous, réputées pour créer de la dépendance, ont réussi à lui faire perdre près de 100 000 $. Aujourd’hui, il fait face à un autre défi : résister aux jeux de hasard et d’argent en ligne qui nous bombardent de publicités.

« Je suis sur la bonne voie, mais je suis dérangé par les annonces qui passent à la télévision sans cesse. Ils incitent le monde dans une dépendance qui est excessivement dévastatrice. »

— Une citation de  Mathieu Longpré

Les jeux qu’on publicise à la télé ne sont pas illégaux en soi, puisque ce sont des jeux gratuits dont les adresses en ligne finissent par .net. Ce que veulent les opérateurs privés, c’est de vous amener sur leurs sites .com, qui regroupent des jeux où vous devez miser de l’argent. C’est là que ça devient illégal.

Portrait de Mathieu Longpré.

Mathieu Longpré est distrait par les annonces de casinos en ligne qui passent à la télévision.

Photo : Radio-Canada

Mathieu peut jouer partout, assis devant son ordinateur ou couché dans son lit, avec son téléphone. Il a accès à près de 1000 sites de jeux en ligne. La prolifération de ces sites qui commercialisent et font la promotion du jeu inquiète particulièrement Sylvia Kairouz, qui dirige la Chaire de recherche sur l’étude du jeu à l’Université Concordia. Il y a 20 ans, selon elle, on ne comptait que 0,2 % de la population québécoise qui jouait en ligne. Aujourd'hui, on atteint les 11 %.

« On voit des jeux qui sont tellement visuels et sonores. Il y a quand même à se poser des questions sur la nature de ces jeux-là, qui sont très attrayants pour les jeunes. »

— Une citation de  Sylvia Kairouz

Tous les sites de jeux en ligne sont illégaux au Canada, sauf s’ils sont supervisés ou exploités par une province, comme ceux de Loto-Québec. Les spécialistes comme Sylvia Kairouz reconnaissent qu’il est difficile de sévir contre ces sites illégaux, surtout que la plupart proviennent de l’extérieur du Canada.

« Il faut légaliser avec des licences, bien encadrer, surveiller et sanctionner éventuellement. »

— Une citation de  Sylvia Kairouz
Portrait de Sylvia Kairouz.

Sylvia Kairouz, de la Chaire de recherche sur l’étude du jeu de l’Université Concordia, s'inquiète de la prolifération des jeux de hasard et d'argent en ligne.

Photo : Radio-Canada

C’est ce que l’Ontario veut faire en émettant, depuis avril dernier, des licences aux opérateurs privés qui exploitent des jeux en ligne sur son territoire.

Contrairement à ce qu’un groupe de spécialistes lui recommandait en 2014, le Québec n’appuie pas l’idée d’établir un système de licences pour légaliser le jeu en ligne. Selon le président de Loto-Québec, Jean-François Bergeron, 60 % des joueurs québécois jouent sur le site de la société d'État. Et il est souhaitable de conserver une seule vitrine pour s'assurer que la commercialisation se fasse de façon responsable.

Le ministre sortant des Finances, Éric Girard, qui est responsable de Loto-Québec, lui donne raison.

« Loto-Québec prend sa place avec un jeu légal et responsable. Ensuite, nous étudions nos recours légaux. Troisièmement, je fais appel aux entreprises et aux citoyens à utiliser des sites qui sont 100 % légaux, 100 % responsables. »

— Une citation de  Éric Girard

Sylvia Kairouz croit qu’encore trop de Québécois jouent sur le marché considéré comme illégal. Loto-Québec tente bien de les ramener sur le seul site légal, mais, selon elle, ça ne peut pas fonctionner et on ne protège pas la population adéquatement.

Et les gens qui jouent sur des sites illégaux ont besoin de protection. La facture a reçu plusieurs plaintes de joueurs qui ont de la difficulté à se faire payer leurs gains sur différents sites de jeux. Ginette Fortier, par exemple, a dû passer beaucoup de temps et fournir d’incroyables efforts pour récupérer les 75 000 $ que son beau-frère a gagnés sur le site Casino Grand Mondial, en janvier dernier.

« C'est du temps, de l'énergie, c'est pas tout le monde qui aurait le goût de le faire. Je suis persuadée que beaucoup de gens laissent tomber. »

— Une citation de  Ginette Fortier

Grâce à ses nombreuses démarches, son beau-frère a reçu son dernier paiement le mois dernier.

Le reportage d'Yvan Lamontagne et de Claude Laflamme est diffusé à La facture le mardi à 19 h 30 et le samedi à 12 h 30 à ICI Télé.

Besoin d'aide?

Le service Jeu : aide et référence est disponible 24 heures sur 24 par téléphone au 1 800 461-0140 et clavardage via son site aidejeu.ca. (Nouvelle fenêtre)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !