•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les répliques d’armes à feu sont un casse-tête pour les policiers en Saskatchewan

Une personne pointe deux armes à feu, dont l'une est vraie et l'autre pas.

Il peut être difficile de faire la différence entre les vraies armes à feu et des répliques. Ici, le pistolet à droite de l'image est une vraie arme à feu, et l'autre non.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le chef de police de Regina, Evan Bray, affirme que, parmi les 442 armes saisies en date du 31 août, 171 font partie de la catégorie « autres », qui comprend notamment les armes de type airsoft, des armes à air comprimé et des armes à plomb.

Evan Bray affirme que ces armes compliquent le travail des policiers sur le terrain, puisqu’il est difficile de les distinguer des armes potentiellement fatales lors d’interventions policières, ou même lors d’analyses d’images, surtout lorsque celles-ci sont modifiées.

Evan Bray mentionne notamment l’événement survenu à l’école secondaire F.W. Johnson Collegiate, le 23 septembre dernier, à Regina, au cours duquel une adolescente de 13 ans est soupçonnée d’avoir brandi une arme de type airsoft.

Evan Bray affirme qu’il est très fréquent de faire face à ce type d’armes et que celles-ci sont plus faciles à acquérir que des armes traditionnelles. Elles ne requièrent pas de permis de possession et d'acquisition (PPA) (Nouvelle fenêtre), ce qui en facilite la circulation.

Le secrétaire du Wascana Pistol Club, John Meed, a reçu son premier fusil de type airsoft il y a une vingtaine d’années. Selon lui, ces armes devraient être traitées comme des vraies. Elles devraient être rangées séparément des munitions, à l’abri des enfants lorsqu’ils sont sans supervision adulte.

Si elles sont gérées de façon sécuritaire, ces armes ne devraient pas poser de problème, affirme M. Meed. Si elles sont utilisées de façon irresponsable, cela peut faire l'objet d'accusations.

Parfois, la bouche du canon des répliques est orange, ce qui permet de les distinguer de vraies armes, précise-t-il, mais, sans expertise, il est parfois difficile de faire la différence.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !