•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Se déraciner pour l’amour du patinage de vitesse

Les trois membres de la familles au bord de la glace.

La famille a fait le grand saut.

Photo : Radio-Canada / Yannick Cournoyer

Radio-Canada

La renommée du Club de patinage de vitesse de Sherbrooke n'est plus à faire. De nombreux médaillés y ont donné leurs premiers coups de patin. Une famille du Nouveau-Brunswick s'est laissée inspirer par autant de rigueur et a déménagé à Sherbrooke pour augmenter ses chances de succès.

Hannah et Courtney MacDougall sont venues à Sherbrooke avec leur mère pour améliorer la qualité de leur patinage. Âgée de 16 ans, Hannah voit déjà des résultats. Elle patine six fois par semaine, soit deux fois plus qu'au Nouveau-Brunswick en plus de s'entraîner hors glace beaucoup plus souvent.

Hannah et Courtney se regardent avec complicité.

Hannah et Courtney se plaisent à Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / Yannick Cournoyer

Comme elle souhaite bien représenter sa province aux Jeux du Canada en février à l'Île-du-Prince-Édouard, sa mère Terra Joyce-Macdougall croit que l'investissement en valait la peine.

Vraiment, vraiment satisfaite. Ma famille était venue ici pour une compétition en mars dernier. J'ai été très impressionnée par les facilités, un aréna dédié au patin de vitesse.

Courtney apprécie aussi son séjour à Sherbrooke. L’adolescente de 13 ans fréquente l'école Alexander Galt. J'aime mon école que j'ai ici. C'est une école anglaise. J'aime le patinage ici. La patinoire est très grande comparée à Saint-Jean.

Leur entraîneur, Marc-Antoine Lemay constate une rapide progression de ses deux nouvelles patineuses. Celui-ci fait son possible pour les intégrer rapidement.

« On essaie de les inclure le plus possible. Souvent, une pratique par semaine, on la fait en anglais. Ça force aussi nos patineurs francophones à développer leur anglais et ça leur permet de s'inclure un peu plus parce que cette journée-là, ce n'est pas elles qui ont de la difficulté avec la langue, mais toutes les autres. »

— Une citation de  Marc-Antoine Lemay, entraîneur

Alors que le club de patinage de vitesse de Sherbrooke a formé plusieurs grands patineurs, il récolte aujourd’hui ce qu'il a semé. Kim Boutin et Jordan Pierre-Gilles en inspirent plus d'un.

Deux patineurs de vitesse sur la glace.

Hannah et Courtney partagent une passion commune pour le patinage de vitesse.

Photo : Radio-Canada / Yannick Cournoyer

Le nom oui, un historique, mais aussi nos infrastructures. Quand les gens sont venus à des compétitions l'an passé, ils ont vu notre système sans bande et tous les services qu'on peut offrir, mentionne le vice-président du Club de Patinage de Vitesse de Sherbrooke, Denis Lemay.

J'espère que ça va motiver plus de patineurs de d'autres provinces de venir s'entraîner à Sherbrooke, de venir dans les écoles de la région , croit le coordonnateur du circuit élite québécois, Mario Caron.

Selon Hannah, ce n'est pas l'accueil qui fait défaut. Cette dernière affirme que les Sherbrookois se sont montrés chaleureux.

D’après le reportage de Jean Arel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !