•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvel appel pour prévenir la contamination de l’eau au lac Kénogami

Des goélands sur un plan d'eau.

Des milliers de goélands envahissent les eaux de la baie Cascouia sur le lac Kénogami.

Photo : Avec l'autorisation de Michel Bergeron

Radio-Canada

L’Association pour la protection du lac Kénogami (APLK) a réitéré ses inquiétudes par rapport à la présence accrue de goélands dans la baie Cascouia, lors de son assemblée annuelle en fin de semaine.

Le président de l’APLK , Michel Bergeron vit au bord de cette baie, située entre Saguenay, Larouche et Hébertville.

Lui et d'autres riverains multiplient les appels à la sensibilisation depuis quelques semaines par rapport à l'installation de volées de goélands grandissantes.

L'automne passé, avant leur départ pour le sud, vers le mois d'octobre, fin octobre, une firme spécialisée est venue visualiser et ils en ont dénombré un 2000 à 3000 facile qui passaient leur journée ici, mentionne M. Bergeron.

Un homme devant une baie.

Le président de l'APLK, Michel Bergeron est persuadé que les goélands sont présents à cause du site d'enfouissement qui se situe à une poignée de kilomètres.

Photo : Radio-Canada / Philippe L'Heureux

Présent à l'assemblée de l'APLK, le conseiller municipal du secteur, Jimmy Bouchard, souhaite trouver rapidement une solution.

Il y a des enjeux au niveau des phosphates, donc des différentes espèces aquatiques envahissantes, la prolifération des algues dans le secteur. Il y a aussi des enjeux bactériologiques qui sont à prendre en considération, soulève-t-il. Faut jamais oublier que le lac Kénogami, c'est la prise d'eau potable de 75 % à peu près de la population de Saguenay, donc ça fait qu'on doit agir.

L'Association de protection du lac Kénogami pointe du doigt le site d'enfouissement de la Régie des matières résiduelles du Lac-Saint-Jean situé à cinq kilomètres.

« Le samedi et le dimanche, il y en a pas ou pratiquement pas. C'est deux choses : soit c'est des goélands syndiqués que la fin de semaine ils ne viennent pas dans la baie ou c'est tout simplement parce qu'ils sont dans leur McDonald's, à Hébertville, et là ils se paient la traite et ils vont revenir lundi matin. »

— Une citation de  Michel Bergeron, président de l'APLK

Jimmy Bouchard pense que plus de vérifications doivent être faites avant de faire le lien avec le site d'enfouissement. Saguenay doit d'ailleurs rencontrer la Régie des matières résiduelles prochainement.

Nous avons une rencontre prévue avec la Ville de Saguenay, avec des représentants de la RMR, dans les prochaines semaines donc on va regarder avec eux quelles sont les solutions, les pistes de solutions et les opportunités pour trouver quelque chose pour une solution pour régler ça à long terme.

Les riverains souhaiteraient qu’une firme privée soit engagée pour mener des études sur la présence de ces oiseaux.

Le goéland est un oiseau protégé au Canada en vertu de la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs.

Radio-Canada a contacté la RMR pour obtenir des commentaires. Or, nous n’avions reçu aucune réponse lors de la rédaction de ce texte.

Avec les informations de Philippe L'Heureux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !