•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les autorités surveillent l’évolution d’une maladie mortelle chez les lapins

Un lapin sauvage se nourrit d'herbe.

Un lapin sauvage se nourrit d'herbe.

Photo : Radio-Canada / Jon Hernandez

Radio-Canada

L’évolution d’une maladie virale, soudaine, très contagieuse et mortelle qui a déjà décimé des colonies de lapins à Edmonton et Calgary fait l’objet d’un regard approfondi d'experts de la faune en Alberta.

La maladie hémorragique du lapin, dont le premier cas documenté dans la province remonte à mars 2021, touche aussi bien les lapins sauvages que domestiqués.

Le virus a un taux de mortalité de 70 à 100 %. La plupart des lapins qui contractent la maladie meurent en l’espace d’un à cinq jours, selon l’Agence canadienne d’inspection des aliments.

La maladie se répand rapidement au sein d’une colonie, explique Margo Pybus, une professeure à l’Université de l’Alberta spécialisée dans les maladies de la faune : C’est une maladie tellement mortelle pour les lapins européens et les lièvres. En gros, tous les lapins sauvages et domestiques disparaissent d’une région.

La maladie n’est pas connue comme pouvant provoquer un risque à la santé humaine, souligne l’Agence canadienne d’inspection des aliments.

À Edmonton, à l’automne 2021, le virus a tué une trentaine de lapins sauvages qui vivaient dans le cimetière Holy Cross depuis plus de 30 ans. À Calgary, trois colonies de lapins qui vivaient dans la zone industrielle Manchester ont été anéanties en l’espace de deux semaines.

Selon des informations de Wallis Snowdon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !