•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quel est l’avenir du traditionnel match Panda à Ottawa?

Des policiers sur un terrain de football.

Le 53e match Panda opposant les Gee-Gees de l'Université d'Ottawa aux Ravens de l’Université Carleton s'est soldé par des débordements samedi soir.

Photo : Kim Vallière

Radio-Canada

Au lendemain d’un après-match Panda marqué par des débordements et par le déferlement de foules hostiles, des représentants municipaux et du milieu universitaire à Ottawa sont appelés à se questionner sur l’avenir de cet événement.

Dimanche, l’heure était au nettoyage dans les rues du quartier Côte-de-Sable où, la veille, les esprits se sont échauffés après la victoire des Gee-Gees de l’Université d’Ottawa. Des centaines de partisans et de fêtards se sont rassemblés, ce qui a exigé l’intervention des policiers.

Il n'y a aucune confirmation selon laquelle le match aura lieu l'an prochain s'il y a des débordements cette année, avait prévenu, le mois dernier, le conseiller sortant de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, en entrevue à Radio-Canada.

Interrogé dimanche, M. Fleury, qui ne brigue pas un autre mandat comme conseiller, a indiqué que des discussions auront lieu au sujet de la pérennité de cet événement sportif qui, depuis des décennies, oppose les Gee-Gees de l’Université d’Ottawa aux Ravens de l’Université Carleton.

Un portrait de Mathieu Fleury.

Le conseiller municipal sortant de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury (archives)

Photo : Radio-Canada / Jean Delisle

Il va y avoir un débreffage complet, puis, ultimement, ce sera une décision complexe entre le prochain maire, les prochains élus municipaux, les établissements universitaires ainsi que l'Ottawa Sports and Entertainment Group [OSEG], qui décideront s’il va y avoir un match l'an prochain, a déclaré Mathieu Fleury.

« Il faut tenir compte de l’ensemble du contexte, voir ce qu’on doit faire à la Ville et dans les universités, puis, ultimement, [déterminer] s’il y aura un match ou non l’an prochain. »

— Une citation de  Mathieu Fleury, conseiller sortant de Rideau-Vanier

Se disant désolée de la tournure des événements, la direction de l’Université d’Ottawa a elle aussi indiqué qu’elle allait enclencher une réflexion dans un message publié sur Twitter dimanche.

Nous regrettons les perturbations que la grande foule a occasionnées à nos voisins à certains endroits de la Côte-de-Sable. Nous allons maintenant faire le point avec nos partenaires et préciser les futurs plans pour le match Panda, a déclaré l'Université d’Ottawa.

L'Université d'Ottawa.

L'Université d'Ottawa va faire le point au sujet du traditionnel match Panda.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

En 2021, des milliers de fêtards s’étaient rassemblés après le match Panda dans les rues du quartier Côte-de-Sable. Sept personnes avaient été blessées, huit personnes avaient été accusées et un véhicule avait été renversé.

Des étudiants font la fête dans les rues d'Ottawa.

Des milliers de personnes ont célébré la victoire des Gee-Gees dans les rues d'Ottawa en 2021 (archives).

Photo : S.B.

Cette année, les organisateurs avaient invité les partisans à une activité d’avant-match de type tailgate dans le but de mobiliser un bon groupe de partisans au même endroit pour ainsi éviter qu’ils s’installent dans les quartiers résidentiels. L’Université d’Ottawa avait également mené une campagne de communication axée sur la consommation responsable lors des activités entourant le match Panda.

« On ne peut pas se fier uniquement aux autorités policières après le match pour prévenir les risques dans une communauté. C’est là qu'une grande conversation doit avoir lieu. »

— Une citation de  Mathieu Fleury, conseiller sortant de Rideau-Vanier

Des coûts énormes, soutien Mathieu Fleury

Mathieu Fleury a souligné dimanche l'ampleur des coûts associés aux débordements d’après-match Panda.

Il y a des coûts énormes à la Ville. [...] Toute la nuit, la Ville, dans les rues, sur les trottoirs, a fait du nettoyage. Les équipes de réglementation ont été mobilisées pendant plus de 24 heures, de même que les policiers [...]. Est-ce qu’on paye vraiment des employés à l’université et à la Ville pour la gestion de ce genre d’événement? Je pense qu’il y a de grosses conversations [à avoir], a-t-il dit.

Selon le dernier bilan, les policiers d’Ottawa ont arrêté sept personnes et remis 88 constats d'infraction pour consommation d'alcool en public pendant la soirée de samedi.

Le Service de la réglementation de la Ville d’Ottawa a également remorqué plusieurs véhicules et remis une centaine de constats d'infraction pour stationnement illicite et pour bruit excessif.

Avec les informations de Rosalie Sinclair

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !