•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Défis et enthousiasme au Festival de la galette de Louiseville

Une rue bondée.

L'avenue Saint-Laurent a été prise d'assaut par des festivaliers à l'occasion de l'événement.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

Radio-Canada

Les visiteurs sont de retour en grand nombre au «pays du sarrasin». Le Festival de la galette de sarrasin de Louiseville revient cette année dans sa version originale.

Yvon Deshaies était un homme enchanté, lorsque rencontré samedi au centre-ville de Louiseville. Le maire se réjouit de croiser ses citoyens en plein cœur de l’avenue Saint-Laurent, et non sur un seul site comme ce fut le cas l’année passée.

Après deux ans, les gens me disent, on est content de revenir, lance-t-il, visiblement heureux.

Une personne dans la rue.

Le maire de Louiseville, Yvon Deshaies.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

Pour cette 43e année, il y a plus de kiosques de commerçants et un espace de jeux pour enfants amélioré.

Malgré tout, certains défis se dressent devant l’organisation, le premier, celui des bénévoles.

L’événement attire encore les foules, mais l’avenir reste fragile en raison de la pénurie de bénévoles.

Il y a des gens qui sont impliqués depuis 25-30 ans au festival, mais ils sont rendus à un certain âge, et il n’y a pas de relève, se désole le président André Auger.

Un kiosque de militants politiques.

Certains partis politiques profitent du festival pour se faire voir juste avant le scrutin de lundi.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

Un groupe de musicien.

Des chanteurs sont sur place au grand plaisir des visiteurs.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

M. Auger parle d’un fléau qui n’épargne presque aucun festival. Il est bien conscient du travail qu’il reste à faire pour assurer la pérennité de l’événement. C’est d’ailleurs pourquoi l’organisation a commencé cette année une consultation qui s'étalera sur trois ans afin de déterminer comment faire une plus grande place aux jeunes générations.

Il faut absolument régler ce problème-là, comment [intégrer] les jeunes dans les discussions, dans l’implication du festival.

Le festival se poursuit jusqu’au dimanche 9 octobre. C’est cette journée que la traditionnelle parade est prévue.

Avec les informations d’Hélène Lequitte

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !