•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les équipes sportives frontalières soulagées par la levée des restrictions

Le pont Ambassador qui surplombe la rivière Détroit recouverte de glaces.

Le pont Ambassador relie Windsor à la ville de Détroit, au Michigan. Avec la levée des mesures sanitaires à la frontière, les voyages sportifs vont être grandement facilités.

Photo : CBC/Patrick Morrell

Chris St-Pierre

Le gouvernement du Canada a levé le reste de ses mesures frontalières le 1er octobre, entraînant une vague de soulagement chez les équipes sportives près des lignes canado-américaines. Leurs activités ont été très grandement perturbées ces dernières années en raison des complications liées aux déplacements internationaux.

Que ce soit dans la région de Niagara, Windsor, Sault-Sainte-Marie ou dans le nord-ouest de l’Ontario, les organisations et universités préparent déjà des séjours chez les voisins du Sud en gardant en tête qu'il faut toujours suivre les recommandations de la santé publique.

C'est un soulagement. Windsor et London sont dans notre conférence pour la majorité des sports. Du côté logistique, c’est plus facile pour nous de passer par les États-Unis, indique Jarret Miller, coordonnateur des opérations du département des sports de l’Université Algoma à Sault-Sainte-Marie, en Ontario.

Jarret Miller en visioconférence.

Jarret Miller indique que pusieurs formations de l’Université Algoma préfèrent disputer des matchs préparatoires contre des équipes américaines avant leur saison.

Photo : Radio-Canada / Capture d'écran

Le port du masque est par ailleurs encore recommandé par l'Agence de la santé publique du Canada.

Même des équipes américaines, comme les Lumberjacks du Wisconsin, l’unique formation de son genre dans la Superior International Junior Hockey League (SIJHL) du nord-ouest de l’Ontario, ressentent qu’un poids a été enlevé de leurs épaules.

Depuis le 1er octobre, les voyageurs n'ont plus à  :

  • utiliser l'application ArriveCan (qui devient facultative);

  • fournir une preuve de vaccination;

  • subir un test de dépistage avant ou à l'arrivée au Canada;

  • s'isoler ou se mettre en quarantaine;

  • surveiller ou signaler les signes ou les symptômes de COVID-19 à leur arrivée au Canada.

Les personnes de plus de 12 ans devaient jusqu'ici être vaccinées pour entrer au pays ou bien se soumettre à un test de dépistage avant l'entrée et à l'arrivée, et se placer en quarantaine pendant 14 jours.

Nous avons beaucoup d’athlètes-étudiants du Canada. J’espère que ceci facilitera les voyages pour eux et leurs familles, partage Dave Diles, directeur du département des sports de l’Université Lake Superior State à Sault-Sainte-Marie, au Michigan.

Deux années difficiles

Il y a eu un effet domino lorsque tout a commencé à fermer en mars 2020, constate M. Diles.

Rares sont les équipes comme les Lumberjacks du Wisconsin, qui ont pris des mesures extrêmes pour continuer de jouer au Canada durant la campagne 2021-2022.

C’était difficile, relate le directeur général, entraîneur et propriétaire, Doug Lein. Nous avons passé les deux premiers mois de la saison sur la route. Nous nous faisions tester deux fois par semaine, les mercredis et les vendredis.

« Il y avait beaucoup de précautions à prendre et ils ont eu un impact sévère sur notre programme. Cette année est la première durant laquelle nous avons retrouvé une certaine normalité. »

— Une citation de  Doug Lein, propriétaire des Lumberjacks du Wisconsin
Doug Lein en visioconférence.

Selon Doug Lein, plusieurs jeunes Canadiens refusaient de joindre sa formation en raison des restrictions frontalières.

Photo : Radio-Canada / Capture d'écran

Même son de cloche chez le président du club de baseball des Jr. Stars de Windsor et entraîneur des Selects U18, Mike Rajsigl.

Il a fallu être créatif pour trouver des matchs en étant limité à l’Ontario et au Canada, se souvient-il.

Une fois que le déconfinement était entamé, les politiques vaccinales ont forcé plusieurs joueurs et familles à prendre des décisions lorsque nous avons recommencé à voyager.

L’impact sur le recrutement

L’équipe de lutte amateur de l’Université Algoma a connu des saisons maigres durant la pandémie. Plusieurs espoirs américains qu’elle essayait de recruter ont préféré attendre la levée des mesures avant d’accepter d’y étudier.

Plusieurs d’entre eux ne pouvaient pas traverser en raison des politiques vaccinales ou ne pouvaient simplement pas traverser la frontière pour étudier parce qu’ils ne répondaient pas aux critères, raconte Jarret Miller.

Au Wisconsin, les Lumberjacks ont connu la même expérience, mais en sens inverse.

Lorsque les activités dans la SIJHL ont repris fin 2020, les Lumberjacks ne pouvaient toujours pas rejoindre le circuit.

M. Lein a été contraint de laisser partir la totalité de son équipe. À peine trois ans après avoir rejoint la SIJHL, les Lumberjacks ont dû repartir de zéro.

Nous avons recruté en ayant zéro joueur. Notre club n’avait les droits de personne puisque tout le monde était agent libre, souligne l’entraîneur, qui s’est tourné vers les bassins du Midwest américain pour renflouer son alignement.

Plan B

Du côté positif, la levée des mesures permet à certaines villes, comme les deux Sault-Sainte-Marie ou encore Windsor et Détroit, de retrouver leurs rivaux frontaliers.

Les responsables de tournois nous ont manqué et attendent notre retour avec impatience, affirme Mike Rajsigl.

« Nous avons hâte de traverser et d'affronter des équipes de bon calibre. À Windsor, c’est un mode de vie! Ça nous manque. »

— Une citation de  Mike Rajsigl, président du club de baseball des Jr. Stars de Windsor
Une lanceuse au baseball lance une balle.

L'équipe canadienne de baseball féminin a récemment accueilli celle des États-Unis à Thunder Bay. (Archives)

Photo : La Presse canadienne / Fred Thornhill

Cependant, personne n’a perdu de vue le fait que la pandémie n’est pas terminée.

L’an dernier, nous ne pouvions pas entrer en Ontario durant le temps des fêtes. Les agents et les familles m’appelaient pour savoir quel était le plan, explique M. Lein.

Les Lumberjacks du Wisconsin affronteront des équipes américaines, comme les Eagles de Sault-Sainte-Marie, au Michigan, et le Wild de Wenatchee, dans l'État du Washington, en cas d’un resserrement des mesures.

Nous essayons de suivre les protocoles qui nous ont été partagés par la santé publique et Baseball Ontario. Tout est dans le but de jouer ce sport et de s’amuser, explique M. Rajsigl. Même si les mesures sont levées, nous savons que ce n’est pas terminé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !