•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bobby Hull célèbre les 50 ans de l’AMH à Québec

Bobby Hull présentant un chandail des Jets à son effigie.

Bobby Hull a rencontré plusieurs amateurs de hockey, samedi.

Photo : Radio-Canada / Louis-Simon Lapointe

Louis-Simon Lapointe

Le légendaire hockeyeur Bobby Hull était l’un des invités des célébrations commémorant le 50e anniversaire de l’Association mondiale de hockey. Si les amateurs de ce sport ont pu rencontrer leurs idoles au travers de conférences et séances de signatures au Château Frontenac, les anciens joueurs ont profité du moment pour se rappeler de vieux souvenirs.

On aimait venir à Québec, l’une des plus belles villes au monde, se rappelle Bobby Hull. Je ne sais pas pourquoi, mais vous avez un nouvel aréna, mais je ne comprends pas pourquoi Québec ne peut pas avoir d’équipe dans la LNH, se questionne l’illustre numéro 9 des Jets, qui porte encore Québec dans son cœur.

En 1972, Bobby Hull ébranlait le monde du hockey en tournant le dos aux Blackhawks de Chicago de la Ligue nationale pour poursuivre sa carrière à Winnipeg. Cinquante ans plus tard, il n’a que du beau à raconter de cette ligue qui a été fusionnée avec la LNH. Seul bémol, son choix d’évoluer dans l’AMH lui a fermé la porte de la Série du siècle.

Bobby Hull s'adresse à une foule aux côtés d'Ulf Nilsson et Anders Hedberg.

À Winnipeg, Bobby Hull, Ulf Nilsson et Anders Hedberg formaient un trio surnommé la «Hot Line».

Photo : Radio-Canada / Louis-Simon Lapointe

La pire expérience de ma vie et la plus grande déception de ma vie, résume-t-il du tac au tac. À l’époque, les hockeyeurs invités à représenter le pays devaient avoir en poche un contrat de la Ligue nationale.

« Équipe Canada n’était pas Équipe Canada, c’était Équipe LNH. »

— Une citation de  Bobby Hull, légende du hockey

Encore aujourd'hui à 83 ans, Hull raconte avec passion cette période de sa vie. Un épisode qui est loin d’altérer la grandeur de sa légende, selon l’un des coorganisateurs des célébrations entourant les 50 ans de l’AMH, Marc Durand.

Marc Durand posant aux côté d'une affiche soulignant les 50 ans de l'AMH.

Marc Durand de la Société d'histoire du sport de la Capitale-Nationale était heureux d'accueillir Bobby Hull.

Photo : Radio-Canada / Louis-Simon Lapointe

« C'est la dernière légende vivante. On se rappelle de Gordie Howe, de Jean Béliveau et de Maurice Richard. Hull en faisait partie. »

— Une citation de  Marc Durand, président de la Société d’histoire du sport de la Capitale-Nationale

Après s’être adressé aux amateurs de hockey pendant une bonne trentaine de minutes aux côtés de ses anciens compagnons Ulf Nilsson et Anders Hedberg, Bobby Hull a poursuivi la discussion en privé avec l’ancien des Nordiques Réal Cloutier. Ce dernier tenait à saluer son ancien adversaire, aussi une idole de jeunesse.

Réal Cloutier en discussion avec Bobby Hull.

Réal Cloutier a remercié Bobby Hull pour ses années dans l'AMH.

Photo : Radio-Canada / Louis-Simon Lapointe

Je l’ai remercié pour les belles années qu'on a eues ensemble, raconte celui qui a porté les couleurs du fleurdelisé de 1974 à 1983.

Quand j'ai commencé dans l’Association mondiale, je jouais contre Bobby Hull, je jouais sur l’aile droite et lui à l’aile gauche, se rappelle-t-il. J’ai eu des superbes parties contre Bobby Hull. Il avait un coup de patin exceptionnel, un lancer et une force physique, tout y était. Encore aujourd'hui, c'est un gars très fort physiquement et mentalement.

Québec, l’une des 12 franchises originales

Pour Réal Cloutier, il était important de célébrer l’AMH à Québec.

Réal Cloutier signant un chandail des Nordiques.

L'ancien joueur des Nordiques Réal Cloutier a fait le bonheur de plusieurs amateurs en signant des articles des Nordiques.

Photo : Radio-Canada / Louis-Simon Lapointe

C'est une très belle Ligue de hockey, je trouve qu'il y a de la belle compétition, il y a eu beaucoup de bons joueurs qui sont passés dans l’AMH.

« Je pense que les gens à Québec ont été gâtés avec les Nordiques de l’AMH. »

— Une citation de  Réal Cloutier, joueur des Nordiques de 1974 à 1983

Une opinion partagée par André Lacroix. Le natif de Lauzon (aujourd’hui annexé à Lévis) réside maintenant à Cleveland, en Ohio. Lacroix a disputé 551 parties à Philadelphie, New York, San Diego, Houston et Hartford. S’il n’a jamais porté les couleurs des Nordiques, il peut à jamais se vanter d’être le meilleur pointeur de l’histoire du circuit, avec 798 points.

André Lacroix aux côtés d'une carte de hockey à son effigie.

André Lacroix a récolté 251 buts et 547 aides en sept saisons dans l'AMH.

Photo : Radio-Canada / Louis-Simon Lapointe

Quand j’étais dans la Ligue nationale, j'ai été échangé aux Blackhawks de Chicago. Je n’ai pas eu une bonne saison à Chicago, ils ne m’ont pas donné une chance. Quand l’occasion est venue de sauter dans l’AMH, je l’ai prise, se remémore celui qui a joué pour les As de Québec de la Ligue américaine au milieu des années 1960.

Selon André Lacroix, la Ligue nationale d’aujourd’hui ne serait pas la même sans l’Association mondiale.

L’Association mondiale de hockey, c’est la pire affaire qui est arrivée à la Ligue nationale, puis c'est la meilleure affaire qui est arrivée aux joueurs de la Ligue nationale, croit-il. Les propriétaires faisaient beaucoup d'argent, les joueurs n'étaient pas payés. L’AMH a payé les joueurs, alors la LNH n’avait pas le choix.

« La majorité des étoiles qui ont joué dans la Ligue nationale sont venues de l'Association mondiale comme les Wayne Gretzky, Mark Messier, Mark Howe et les autres. »

— Une citation de  André Lacroix, meilleur pointeur de l’histoire de l’AMH

Une plaque pour le 50e anniversaire

Samedi soir au Château Frontenac, 130 convives, dont une trentaine d’anciens joueurs de l’AMH, ont assisté à un banquet soulignant l’événement. La nostalgie était aussi à l’honneur alors que le menu offert aux invités était le même qui a été servi lors du banquet du match des étoiles de 1973.

Une plaque soulignant la naissance de l'Association mondiale de hockey et  des Nordiques de Québec sera installée à la place Jean-Béliveau.

La plaque soulignant la naissance de l'Association mondiale de hockey et des Nordiques de Québec sera installée à la place Jean-Béliveau.

Photo : Radio-Canada / Louis-Simon Lapointe

Une plaque a aussi été dévoilée en présence du maire de Québec, Bruno Marchand. Elle sera installée à la place Jean-Béliveau, en souvenir de ce 50e anniversaire de la ligue qui a donné naissance aux Nordiques et qui a pu compter sur des légendes comme Bobby Hull.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !