•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fin des consignes sanitaires pour les voyageurs est bien accueillie en Outaouais

Une personne ouvre l'application ArriveCAN sur son cellulaire.

L'application ArriveCAN permet aussi de sauvegarder les documents de voyage et les preuves de vaccination afin de les réutiliser lors d'autres voyages.

Photo : La Presse canadienne / Giordano Ciampini

Radio-Canada

Depuis samedi matin, les consignes sanitaires applicables aux voyageurs pour endiguer la COVID-19 ne sont plus en vigueur au Canada. Il n'est donc plus nécessaire de détenir une preuve de vaccination ni de porter un masque pour monter dans un avion. Toutefois, si le masque n'est plus obligatoire, il demeure recommandé.

Cette mesure est bien accueillie au sein du groupe Inspirations Voyage, une agence en Outaouais.

On est content, c’est sûr. Pour nous, c’était un travail qu’on avait à l’agence pour bien servir nos clients, de montrer comment ArriveCan fonctionnait sur les téléphones. Des fois, ça nous prenait beaucoup de temps, puisque certains n’étaient pas habitués avec la technologie [...] Pour nous, ce sont des procédures de moins, a commenté Marie-Pier Guillemette, propriétaire de l’agence.

Les voyageurs arrivant au pays n'ont plus à soumettre de formulaire par l'intermédiaire de l'application controversée ArriveCan. Il est cependant encore possible de s'en servir pour soumettre sa déclaration aux services frontaliers dans certains aéroports.

En ce qui concerne les visiteurs qui entrent au pays, ils ne sont plus soumis à des tests de dépistage aléatoires. De même, les personnes non vaccinées n'ont plus à s'isoler à leur arrivée. Toute personne arrivée au Canada depuis deux semaines, et qui devait donc s'isoler, est maintenant libérée de cette contrainte.

Certains voyageurs rencontrés à l’aéroport d’Ottawa par Radio-Canada, samedi, se sont toutefois dits craintifs, soulignant que les virus circulaient davantage en automne.

On dit aux clients : chacun fait sa sécurité et le masque, on peut le porter, ça ne dérange pas dans l’avion. Je pense que plusieurs vont continuer à le porter comme ils le font ici, à l’épicerie ou à d'autres endroits, explique Mme Guillemette.

Forte demande pour voyager

La fin des ces mesures marque une reprise dans l’industrie du voyage, constate la propriétaire du groupe Inspirations Voyage.

Un voyageur, de dos, transportant deux valises.

Un voyageur prêt à quitter en provenance d'Ottawa (archives).

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

Avec [la fin de ] ces mesures-là, parce qu'on s’en attendait, on en entendait parler, les gens espéraient aussi, on voit vraiment une recrudescence, parce que les gens se sentent quand même en sécurité. Ils voient que ce n’est pas juste notre pays. [...] On revient à une certaine normalité, dit-elle.

« C’est reparti pour de bon, on le voit. Il y a plus de demande que d'offre. »

— Une citation de  Marie-Pier Guillemette, propriétaire du groupe Inspirations Voyage

Cette forte demande exerce toutefois une pression à la hausse sur les prix.

La demande est plus là que l’offre. C’est sûr que les prix ont augmenté, on le voit. On le dit aux gens : dépendamment du budget que vous avez, il faut augmenter le budget en partant, pour la plupart, note Mme Guillemette.

Cette dernière constate que les gens s’y prennent à l’avance et réservent plusieurs voyages à la fois, parce qu'ils veulent reprendre ce qu’ils ont manqué dans les dernières années.

L’autre chose qu’on voit, c’est que la clientèle voyage beaucoup en famille et entre amis. On a beaucoup de groupes.

Plus tôt cette semaine, des ministres fédéraux avaient annoncé la fin des consignes sanitaires liées à la COVID-19. Ils ont déclaré que la plus récente vague de propagation de la maladie s'essoufflait et que les consignes appliquées aux voyageurs n'avaient pas d'incidence majeure.

Le ministre de la Santé, Jean-Yves Duclos, a tout de même mentionné que des consignes pourraient être imposées à nouveau, au besoin.

Avec les infirmations de Camille Kasisi-Monet et la Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !