•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un débarquement grandeur nature pour le Régiment du Saguenay

Des militaires allongés en position de tir.

130 militaires étaient déployés pour un exercice où ils simulaient un débarquement.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pépin

Radio-Canada

Vous avez peut-être aperçu des embarcations transportant des militaires armés sur le Saguenay samedi. Vous n’avez pas rêvé : il s'agissait d'une simulation de la réserve navale NCSM Champlain, qui impliquait aussi des militaires du Régiment du Saguenay.

Leur mission fictive consistait à protéger des installations portuaires d'une menace armée.

C'est vraiment de simuler, si on était en opération internationale, que des membres armés pourraient se diriger vers un endroit, et nous, on sécurise cet endroit-là, explique l’officier de l'instruction de la Réserve navale NCSM Champlain, Émile Bélanger.

On a fait venir les six unités de la région de l'Est, donc toutes les unités du Québec : Sept-Îles, Trois-Rivières, Québec, Montréal, Rimouski et nous ici à Chicoutimi. On veut que les gens connaissent le Saguenay, connaissent la navigation, ajoute la maître de deuxième classe de la Réserve navale NCSM Champlain, Lauraine Maltais Tremblay.

Quatre bateaux à quai.

Il s'agit d’une opération conjointe du NCSM Champlain et de la réserve navale.

Photo : Radio-Canada / Andréanne Larouche

Les bateaux ont quitté le quai de la Réserve navale NCSM Champlain à Chicoutimi pour mettre le cap sur le port de Grande-Anse à La Baie.

Plusieurs bateaux, avec des militaires à bord, naviguent sur la rivière Saguenay.

Les militaires vont se déplacer à bord de petites embarcations entre le bâtiment situé dans la zone portuaire de Chicoutimi et le port de Grande Anse.

Photo : Radio-Canada / Andréanne Larouche

C'est certain que de faire un débarquement de personnel ici, au port de Grande-Anse, ça amène certaines particularités. C'est un port en eaux profondes, on a des courants, des marées. Ce sont des manœuvres parfois difficiles pour les marins et les soldats précise Émile Bélanger.

Plus de 130 militaires ont participé à cet exercice. La simulation n'aurait pas été aussi formatrice sans la collaboration de Port Saguenay.

D'avoir l'occasion de débarquer sur une installation portuaire comme ça, dans un environnement réaliste, industriel, avec plein d'éléments de décor particuliers, ça augmente la réalité du scénario, selon le conseiller aux communications et aux relations avec le milieu, Port Saguenay, François Saint-Gelais.

Un militaire en avant plan avec une arme. Un bateau sur la rivière Saguenay à l'arrière-plan.

Les militaires arrivent au port de Grande-Anse.

Photo : Radio-Canada / Andréanne Larouche

Pour Émile Bélanger, ce genre d’exercice permet à l’armée d’être prête en tout temps.

En ce moment, on voit bien que les situations sont changeantes, on voit bien que les Forces armées canadiennes doivent être prêtes, doivent être entraînées. Aujourd'hui, on vient renforcer nos capacités. On vient montrer à quel point on est prêts à réagir dans n'importe quelle situation autant au Canada qu'à l'étranger, a-t-il affirmé.

Des militaires devant la rivière Saguenay.

Plus de 130 militaires participent à cet exercice.

Photo : Radio-Canada / Andréanne Larouche

Selon un reportage d’Andréanne Larouche.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !