•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une commémoration pour l’entente de gouvernance de la Nation Anishinabek

Sept personnes posent pour une photo.

Le nouvel organisme de gouvernance de la Nation se nommera B'Maakonigan.

Photo : Twitter/MarcMillerVM

Radio-Canada

Des représentants de la Nation Anishinabek de l'Ontario et de Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord Canada se sont réunis samedi pour commémorer la signature de l’entente de gouvernance « historique » conclue plus tôt cette année.

Le ministre des Relations Couronne-Autochtones Marc Miller s’est joint aux chefs des Premières Nations signataires et au chef du Grand conseil de la Nation Anishinabek, Reg Niganobe, pour une cérémonie tenue en avant-midi.

Cinq communautés autochtones de la Nation Anishinabek, soit Moose Deer Point, Wahnapitae, Magnetawan, Zhiibaahaasing et Nipissing, où l’événement a eu lieu, peuvent ainsi se départir de la Loi sur les Indiens.

Lorsque la signature de l’entente a été annoncée en avril, le gouvernement fédéral avait souligné que l’entente sur la gouvernance de la Nation Anishinabek est la première entente sur l'autonomie gouvernementale de son genre en Ontario et marque une étape importante dans son cheminement vers l’autonomie.

Dans un communiqué, M. Miller a réitéré l’importance de l’accord pour les communautés, qui pourront ainsi mettre en œuvre leur droit à l'autodétermination et leurs visions d'un avenir meilleur.

Nous pourrons ainsi adopter des approches et réaliser des économies dans la distribution des ressources au profit de nos citoyens, ce que nous ne pouvions pas faire avant, et nous pourrons servir notre communauté comme nous l'avons toujours voulu, partage dans un communiqué le chef de la Première Nation de Wahnapitae, Larry Roque.

« Cette entente fera partie de nos livres d'histoire. »

— Une citation de  Irene Kells, cheffe de la Première Nation de Zhiibaahaasing

Scott McLeod, le chef de la Première Nation de Nipissing, ajoute que l’entente offre une façon de régir et de protéger nos élections, notre langue et notre culture, notre citoyenneté, ainsi que notre gestion et nos activités.

Cette entente est le fruit de plus de 25 ans de travail effectué par une douzaine de grands chefs de la Nation Anishinabek, dont ceux qui ont lancé les négociations en 1995.

Au cours des deux dernières années, les citoyens de chaque Première Nation signataire au moyen d'un vote communautaire ont approuvé l’entente.

Même si les 34 autres communautés membres de la Nation n’ont pas signé, elles auront l’option de le faire quand elles le souhaiteront.

Lors de la prochaine étape, les communautés signataires devront adopter leurs propres lois afin de créer et mettre en œuvre un système de gouvernance.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !