•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après les récompenses, le journal Le Franco mise sur la jeunesse

L’hebdomadaire albertain Le Franco a remporté le prix du journal de l’année lors du gala de Réseau.Presse.

Simon-Pierre Poulin, tenant un exemplaire du journal.

Simon Pierre-Poulin explique que l'équipe était surprise de remporter le prix du journal de l'année.

Photo : Radio-Canada / François Joly

Après une période tumultueuse marquée par des changements à sa direction et la pandémie de COVID-19, les efforts de l’équipe du Franco ont été consacrés, jeudi, pendant la remise des prix d'excellence de la presse francophone. Si les défis demeurent immenses, le journal mise entre autres sur sa présence dans les écoles pour l’aider à assurer sa pérennité.

On était surpris. On est une toute petite équipe, rappelle le directeur général du journal, Simon-Pierre Poulin. C’est un miracle qu’on soit le meilleur journal au Canada quand on est en compétition avec des journaux qui ont tellement plus de moyens, qui sont subventionnés par des gouvernements provinciaux ou territoriaux.

Le Réseau.Presse, mieux connu sous le nom de l’Association de la presse francophone (APF), regroupe 24 journaux francophones à l’extérieur du Québec, en plus de gérer le média en ligne Francopresse.ca. Chaque année, l’APF récompense le meilleur de la presse francophone.

Un jury de 30 personnalités du monde des médias a décerné 14 distinctions, en plus d’offrir des conseils aux journaux en nomination. En plus du prix du journal de l’année, Le Franco a remporté le prix d’excellence pour l’article d’actualité de l’année pour un texte de Marie-Paul Berthiaume et le prix d’excellence générale pour la qualité graphique.

Simon-Pierre Poulin ne se lasse d’ailleurs pas de vanter le travail de graphisme de son équipe. Je pense qu’une des raisons de notre succès, c’est qu’on a investi dans l’objet, explique-t-il. Le journal tente par exemple de s'approcher de l’esthétique des médias sociaux avec ses colonnades et ses microcontenus, comme les courtes suggestions culturelles ou encore la rubrique tweet de la semaine.

Une page du journal.

Le Franco a notamment remporté le prix d’excellence générale pour la qualité graphique.

Photo : Radio-Canada / François Joly

Les prix d’excellence, c’est une petite tape dans le dos pour certains journaux qui ont souvent la vie dure et qui travaillent très fort, explique Linda Lauzon, directrice générale de l’APF. De se faire reconnaître, surtout quand on est dans des situations plus précaires, ça donne un bon coup de pouce au moral.

Miser sur la jeunesse

En plus du renouvellement dans les pages, Le Franco a développé plusieurs projets de partenariats. Il a par exemple dévoilé ce printemps l’application Frabio, qui regroupe du contenu du journal et des radios communautaires francophones de l’Alberta.

Selon Simon-Pierre Poulin, une des grandes réussites du journal ces dernières années a été son retour dans les écoles francophones.

Certaines personnes ne me répondaient pas au téléphone juste parce que c’était Le Franco sur l’afficheur. Les gens avaient peur du journal, raconte-t-il. Trois ans plus tard, on est distribué dans toutes les écoles du Conseil scolaire Centre-Nord, toutes les écoles du Conseil scolaire Centre-Est.

Le journal a aussi lancé le concours Plume jeunesse à travers lequel 150 jeunes ont soumis des textes au journal. Une édition spéciale coconstruite avec les élèves sera publiée dans quelques semaines.

Le directeur du journal ne cache pas qu’il est essentiel d’attirer l’intérêt de la prochaine génération étant donné la baisse des revenus publicitaires.

« Je ne peux pas vous cacher que l’industrie, ça ne va pas bien. Il y a un désinvestissement dans la publicité, qui est en partie remplacée par des subventions. »

— Une citation de  Simon-Pierre Poulin, directeur général du Franco

À cette baisse, il faut ajouter la pénurie de main-d'œuvre, qui rend plus difficile de recruter des collaborateurs.

Simon-Pierre Poulin demeure malgré tout optimiste. Il affirme que le tirage a quintuplé depuis son arrivée en poste en 2019. Le papier, ça fonctionne, la communauté se réapproprie le journal. Je suis très fier de ce qu’on fait.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !