•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un centre pour les sans-abri à Hamilton fermera ses portes en 2023

L’organisme Wesley Urban Ministries a annoncé cette semaine qu’il fermera son centre de jour pour les personnes en situation d’itinérance à Hamilton à partir du 31mars2023.

L’organisme Wesley Urban Ministries a annoncé cette semaine qu’il fermera son centre de jour pour les personnes en situation d’itinérance à Hamilton à partir du 31 mars 2023.

Photo : CBC/Cara Nickerson

Radio-Canada

L’organisme Wesley Urban Ministries a annoncé cette semaine qu’il fermera son centre de jour pour les personnes en situation d’itinérance à Hamilton à partir du 31 mars 2023.

Le centre, qui est situé sur la rue Catherine Nord, offre actuellement aux sans-abri des produits de première nécessité, comme de la nourriture, de l’eau, des toilettes, des douches et des services de réduction des méfaits.

« Nous voulons utiliser nos ressources pour nous attaquer aux causes profondes de l’itinérance. »

— Une citation de  Don Seymour, le directeur général de Wesley Urban Ministries

Selon Don Seymour, le directeur général de l’organisme à but non lucratif, même si le centre fermera ses portes, Wesley Urban Ministries va continuer à offrir les mêmes services à la communauté.

Nous continuerons à fournir de la nourriture aux personnes en situation d’itinérance, comme nous l’avons toujours fait, a-t-il indiqué dans un communiqué publié mercredi.

Il ajoute que sans emplacement physique, l’organisme pourra se concentrer davantage sur la prestation de services directement dans la communauté.

Un emplacement controversé

Le centre de jour a ouvert en mars 2020, en face du parc John Rebecca à Hamilton. Ce parc a ouvert en 2019 et était un stationnement auparavant. Des campements de sans-abri s’y trouvent maintenant, avec plusieurs personnes en situation d'itinérance qui se rassemblent dans le parc.

Paul McDonald, le gérant de la boîte de nuit Club 77, a indiqué en juillet que le campement au parc John Rebecca a entraîné une augmentation de la criminalité dans le quartier. Il a ajouté que les résidents menaçaient la sécurité de ses clients lorsqu’ils quittaient le club.

M. McDonald constate cependant qu’il ne croit pas que le centre de jour est responsable des problèmes qu’il a eus avec le parc.

Mais selon M. Seymour, certains résidents des environs ont exprimé leur inquiétude à l’égard du centre de jour. Il dit avoir reçu des courriels hostiles de certains membres de la communauté qui voulaient que le centre de jour quitte complètement le quartier.

Il a cependant déclaré que ce genre de commentaires n’est pas la raison de la décision de fermer.

Nous avons eu une longue conversation interne et avons décidé que nous aimerions nous concentrer sur les causes profondes de la pauvreté, dit-il.

Les prochaines étapes pour l’organisme

Don Seymour dit que Wesley Urban Ministries travaille encore sur les détails de leurs prochaines étapes.

Nous voyons une augmentation du nombre de sans-abri et la complexité croissante de leurs besoins. Souvent, nous hébergeons des gens qui viennent directement de la rue et ils échouent parce qu’ils ne sont pas prêts à faire la transition, explique le directeur général de l’organisme.

Selon lui, lorsque des personnes sont placées dans un logement alors qu’ils sont habitués à habiter dehors, elles gardent souvent une mentalité de survivant.

Il ajoute qu’une partie de la nouvelle stratégie de Wesley consistera à offrir un soutien aux personnes en situation d’itinérance avant qu’elles se trouvent un logement permanent, pour les aider à mieux s’acclimater à leur nouvelle réalité.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !