•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Match Panda : les esprits s’échauffent en soirée, après la victoire des Gee-Gees

Des policiers sur un terrain de football.

Le 53e match Panda entre les Gee-Gees de l'Université d'Ottawa et les Ravens de l’Université Carleton s'est déroulé sous haute surveillance policière samedi.

Photo : Kim Vallière

Radio-Canada

La police d’Ottawa rapporte d'importants rassemblements et des foules hostiles dans le quartier Côte-de-Sable, samedi soir, après la victoire des Gee-Gees de l'Université d'Ottawa face aux Ravens de l’Université Carleton, dans le cadre de la 53e édition du match panda.

Sur son compte Twitter, le Service de police d’Ottawa (SPO) a indiqué un peu après 21 h, que les agents s'efforçaient de disperser les foules dans le quartier Côte-de-Sable.

Des objets sont lancés sur les agents. Ce genre de comportement ne sera pas toléré [...] Les foules deviennent hostiles, a indiqué la police d’Ottawa.

Nous nous rendons dans des zones où de grandes fêtes sont en cours et nous nous engageons auprès des résidents à faire respecter toutes les lois applicables, avait déclaré le SPO sur son compte Twitter, quelques minutes plus tôt.

Les policiers ont également rapporté que gens tentaient de monter sur des véhicules en mouvement.

Au moins deux personne ont été arrêtées, selon les policiers, dans le cadre de ces opérations de fin de soirée.

La police a demandé aux gens d'éviter le secteurs et aux fêtard de rentrer.

Via leur compte Twitter, l'Université d'Ottawa et l'Université Carleton ont demandé à leur étudiants d'évacuer le quartier Côte-de-Sable.

Après la fin du match, plusieurs partisans ont célébré la victoire des Gee-Gees sans grand débordement sur les trottoirs et sur certains balcons de la capitale fédérale, le tout sous une surveillance policière accrue.

Mais plusieurs partisans étaient attendus dans les bars du centre-ville d’Ottawa et dans le marché By, notamment, plus tard en soirée.

À la suite des débordements de l’année dernière, une forte présence policière surveille les choses de près cette année.

En début de soirée, samedi, le Service de Police d'Ottawa (SPO) a indiqué qu’elle continuait d’exercer une présence policière accrue dans le secteur de Côte-de-Sable ainsi que dans le marché By.

Peu après 20h, le SPO a déclaré avoir remis 85 constats d’infractions en lien avec de la consommation d’alcool en public dans le cadre de son opération de surveillance en marge du match Panda.

Deux individus ont également été arrêtés, dont une personne pour ivresse publique.

Le Service de la réglementation de la Ville d’Ottawa a aussi fait le bilan de la journée, indiquant avoir porté plus d'une douzaine d’accusations, la plupart pour bruit excessif. 81 constats d'infractions de stationnement ont aussi été remis et 9 véhicules ont été remorqués.

D’ailleurs, l’activité d’avant-match de type tailgate avait pour but de mobiliser un bon groupe de partisans au même endroit pour ainsi éviter qu’ils s’installent dans les quartiers résidentiels. Il reste que l'année dernière, c'est en soirée que les débordements avaient commencé.

Espoir

Arborant fièrement son chandail des Gee-Gees, le conseiller municipal sortant Mathieu Fleury était de la partie.

Malgré les quelques interventions policières, l’avant-match s’est très bien déroulé, à ses yeux. Cette initiative d’avoir un tailgate, c’est pas nouveau, ça a fonctionné dans le passé et ça a fonctionné cette fois-ci.

Les partisans seront de retour après le match dans le stationnement qui est un des points de rencontre post-match.

Mathieu Fleury assis dans un bureau.

Le conseiller sortant de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, espère que l'après-match se déroule sans accroc (archives).

Photo : Radio-Canada / Trevor Pritchard/CBC

C’est vraiment en soirée qu'on a des inquiétudes. On ne peut pas juste se fier à la présence policière [...], on a un grand nombre de jeunes adultes qui ont consommé et, comme vous pouvez l’imaginer, c’est pas évident, le soir, avec ce facteur risque, soulève le conseiller du quartier Rideau-Vanier.

« Le match est à risque. L’Université d’Ottawa l’a souligné, les autorités, la Ville l’ont souligné aussi, alors c’est important de se responsabiliser comme adultes dans ce contexte-là. »

— Une citation de  Mathieu Fleury, conseiller municipal du quartier Rideau-Vanier

Comme on l'a vu les années précédentes, c’est pas tout de suite après le match, le problème. Souvent, les gens vont se relaxer, ils vont se reposer, certains vont même dormir après le match, explique-t-il. C’est la reprise en soirée des festivités, des célébrations, qui est problématique et qui est inquiétante.

L’année dernière, les restaurants et les bars étaient fermés en raison de la pandémie, rappelle Mathieu Fleury. Cette année, ils sont ouverts, souligne-t-il. Ainsi, comme certains facteurs ont changé, il se permet d’espérer que tout se passe bien.

Mission prévention

Le SPO également souhaite à tout prix éviter que les festivités ne dégénèrent à nouveau cette année et a fortement misé sur la prévention.

Des agents de police communautaire ont fait du porte-à-porte au cours des derniers jours dans le quartier Côte-de-Sable, près de l'Université d'Ottawa, pour réitérer la politique tolérance zéro mise en œuvre par les autorités.

Des avis écrits ont également été distribués aux résidents par le SPO. La gestion des événements par la police d'Ottawa s’apparente à celle mise en œuvre lors de la Saint-Patrick en mars dernier.

Les partisans qui dépasseraient les bornes pourraient recevoir un constat d'infraction de plus de 1000 $, selon le Service des règlements municipaux.

Le souvenir des péripéties de l'automne 2021 est encore vif dans l’esprit des autorités. Il y a un an, les célébrations de la victoire des Gee-Gees de l'Université d'Ottawa au match Panda avaient dégénéré au point où une voiture avait été renversée, où des policiers avaient été blessés et où des biens publics et privés avaient subi de sérieux dommages. Huit personnes avaient d'ailleurs été accusées.

Avec les informations de Rosalie Sinclair

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !