•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vérité et réconciliation : des leaders autochtones insistent sur la solidarité à Saskatoon

Des personnes en tenues orange avec des symboles autochtones dans un amphithéâtre.

Un pow-wow s'est déroulé vendredi au centre SaskTel sous l'égide du Conseil tribal de Saskatoon.

Photo : Radio-Canada / Jérémie Turbide

Des leaders autochtones à Saskatoon ont insisté sur l'importance de la solidarité dans les efforts de réconciliation alors que plusieurs événements ont été organisés à l’occasion de la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation.

Plus d’un millier de personnes se sont réunies au SaskTel Centre pour un pow-wow.

L’événement, organisé par le Conseil tribal de Saskatoon, avait pour objectif de célébrer la culture, la langue et l’identité des Premières Nations.

Selon le chef du Conseil tribal de Saskatoon, Mark Arcand, la présence d’un aussi grand nombre de gens venus célébrer la Journée est un pas important dans l’effort de réconciliation.

Lors d’une marche intitulée à Saskatoon, sur le territoire du Traité n° 6, la présidente de la Central Urban Métis Federation Incorporated, Shirley Isbister a vu dans la forte présence de participants des indications sur la sensibilité des gens aux appels au soutien.

Pour moi, cela signifie que toute l'éducation dont les gens de notre communauté ont parlé : les écoles résidentielles et les effets et les descendants, le message commence à être entendu, a-t-elle dit.

Nous avons un long chemin à parcourir, mais une partie de ce chemin passe par la diversité et le rassemblement de tous. 

Mme Isbister pense qu’il est important que les gens continuent à écouter pour comprendre pourquoi le soutien et l'action sont nécessaires.

Comment vous sentiriez-vous si vous vous occupiez d'un enfant ou de votre petit-enfant, et que quelqu'un venait vous enlever votre enfant de cinq ans des bras et que vous n'aviez pas votre mot à dire ?, a déclaré Mme Isbister au sujet de sa belle-mère emmenée, à l’âge de 5 ans, dans un pensionnat au Manitoba.

Si vous voyez les choses sous cet angle, vous ressentirez la douleur. 

Avec les informations de Jérémie Turbide

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !