•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La baisse de capacité de raffinage engendre une hausse du prix de l’essence

Une pompe à essence avec plusieurs pistolets.

Les prix à la pompe ont augmenté en Alberta et en Colombie-Britannique.

Photo : iStock / RapidEye

Radio-Canada

Le prix du baril de pétrole a baissé d’environ 20 % en septembre au Canada, ce qui devrait se traduire par une baisse des prix à la pompe. Or, ceci n’est pas le cas en raison d’un déséquilibre sur le marché, notamment en Alberta et en Colombie-Britannique.

C’est ainsi que le prix du baril de pétrole West Texas Intermediate (WTI) a baissé d’environ 50 cents vendredi, mais les prix moyens à la pompe ont augmenté de 20 cents le litre à Edmonton et Calgary.

Même si les prix à la pompe en Alberta sont moins élevés que dans le reste du pays, le litre d’essence est passé de moins de 1,50 $ jeudi à plus de 1,60 $ vendredi dans ces deux villes.

Ce coût est moins important qu’en Colombie-Britannique où le prix moyen du litre ordinaire est de 2,39 $, soit le plus élevé en Amérique du Nord, selon Ressources naturelles Canada.

Un problème de raffinage

De nombreux facteurs jouent sur les prix, mais la fermeture de la raffinerie Phillips 66 à Ferndale dans l’État de Washington pour des raisons de maintenance tient un rôle clé.

Sa fermeture retire 65 000 barils de pétrole du marché chaque jour.

La Colombie-Britannique et Vancouver importent chaque baril d’essence et de diesel de cette région des États-Unis , explique Vijay Muralidharan, un analyste de l’énergie de R Cube Economic Consulting. Lorsque le raffinage s’arrête, la quantité d’essence s’arrête aussi. »

Il précise que le marché de l’essence en Amérique du Nord est divisé en cinq régions. Comme l’offre est limitée et que la demande est forte, ces régions se font concurrence et les prix augmentent.

Il faut être compétitif, dit M. Muralidharan. Celui qui paye le plus remporte le produit.

Une autre raffinerie dans l’Ohio est également fermée en raison d’un incendie, ce qui fait basculer les prix vers le haut. Elle ne doit pas être opérationnelle avant 2023.

Vijay Muralidharan rappelle que plusieurs États américains et certaines provinces obligent les fournisseurs à mélanger leur essence avec 5 à 15 % d’éthanol, ce qui contribue à faire grimper les prix, car la disponibilité d’éthanol sur le marché a été réduite de 7 % cette semaine.

Les conducteurs, dit-il, devraient voir les prix de l’essence se stabiliser après le week-end de l’Action de grâce, mais le marché restera vulnérable aux problèmes de raffinage de pétrole.

D'après les informations de Pete Evans

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !