•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chute d’un pont d’Ottawa : l’UES conclut qu’un agent de la PPO n’a pas commis d’infraction

Logo de l'UES.

L'UES n’a trouvé aucun motif de croire qu’un agent de PPO a commis une infraction criminelle en lien avec la chute d'un homme d'un pont à Ottawa lors d'une intervention en juin dernier.

Photo : Radio-Canada / Yvon Thériault

Radio-Canada

L’Unité des enquêtes spéciales de la province (UES), appelée à enquêter sur les circonstances entourant la chute d’une sexagénaire d’un pont d’étagement en juin dernier à Ottawa, a conclu qu’un agent de Police provinciale de l’Ontario (PPO) qui est intervenu lors de l’incident n’a commis aucune infraction criminelle.

Le 2 juin dernier, des agents de la PPO du détachement d’Ottawa ont été dépêchés, peu après minuit, au pont d’étagement de l’autoroute 417 situé sur l’avenue Woodroffe. Ils répondaient au signalement d’un homme au comportement étrange qui se tenait près du bord du pont.

À l’arrivée d’un premier agent, l’individu est monté sur le garde-fou et s’est agrippé à un panneau d’autoroute fixé au pont. L’agent a brièvement interagi avec l’homme, sans pouvoir établir un dialogue clair, avant que ce dernier ne tombe sur l’autoroute.

L’homme a alors escaladé la balustrade du pont et s’est tenu sur le rebord d’un panneau d’autoroute fixé au pont. L’agent s’est alors approché de la balustrade, a passé une jambe du côté extérieur et a saisi la main de l’homme qui tenait le panneau d’autoroute. L’agent a alors supplié l’homme de revenir en lieu sûr, mais l’homme a sauté du rebord et est tombé sur l’autoroute en contrebas, relate l’UES dans son rapport.

L’homme âgé de 61 ans a été transporté à l’hôpital où il a reçu un diagnostic de fractures de la colonne vertébrale et des talons.

L’UES a publié les résultats de son enquête, vendredi, qui conclut que l’agent n’avait pas transgressé les limites de la prudence prescrites par le droit pénal.

Il n’y avait donc aucune raison de porter des accusations criminelles dans cette affaire et le dossier est clos, a statué l’Unité des enquêtes spéciales.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !