•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Primes en santé pour l’Abitibi-Témiscamingue : la FIQ veut des précisions

L'Hôpital de Rouyn-Noranda vu de la piste cyclable.

Un statut particulier en santé a déjà été accordé à l’Abitibi-Témiscamingue, selon le premier ministre sortant François Legault.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

Le syndicat interprofessionnel en soins de santé de l’Abitibi-Témiscamingue (FIQ-SISSAT) demande au premier ministre sortant de clarifier si ses membres bénéficieront bel et bien d’une prime spécifique à la région, comme il l’a affirmé à l’émission Des matins en or jeudi matin.

Questionné sur le manque de personnel en santé et sur les mesures privilégiées pour y remédier, François Legault a mentionné que des primes spécifiques avaient déjà été mises en place pour l’Abitibi-Témiscamingue.

Comme on l’avait promis, on a mis des primes uniques pour la région, des primes spécifiques pour les infirmières qui viennent s’installer ici. Maintenant, notre devoir à nous, c’est de répartir équitablement ces infirmières-là partout au Québec, a-t-il soutenu.

François Legault parle dans le studio de Rouyn-Noranda alors que David Chabot le regarde.

François Legault en entrevue avec l'animateur David Chabot lors de l'émission « Des matins en or ».

Photo : Radio-Canada / Emily Blais

Le syndicat souligne que les initiatives mises en oeuvre par le gouvernement jusqu’à présent en région sont identiques à celles de l’Outaouais, de la Côte-Nord, de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, du Nord-du-Québec, du Nunavik et des Terres-Cries-de-la-Baie-James. La FIQ-SISSAT n’y voit donc pas de prime ni de mesures incitatives spécifiques pour l’Abitibi-Témiscamingue.

Ces mesures auraient toutefois déjà permis de recruter 12 infirmières après plusieurs mois. Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue estime plutôt l’écart à combler à 250 infirmières et 75 infirmières auxiliaires.

« On trouve ça dommage. Il est soit très mal informé, soit il nous a annoncé une très bonne nouvelle sans le savoir. »

— Une citation de  Jean-Sébastien Blais, président de la FIQ-SISSAT

    On a suivi la campagne de près et on a souvent entendu le ministre régional, Pierre Dufour, dire que ce n’était pas une question de prime. Pourtant, M. Legault a dit le contraire en affirmant que l’Abitibi-Témiscamingue avait nécessairement besoin de primes additionnelles. On est vraiment confus, précise M. Blais.

    Le président de la FIQ-SISSAT, Jean-Sébastien Blais.

    Le président de la FIQ-SISSAT, Jean-Sébastien Blais (archives)

    Photo : Radio-Canada / Andrei Audet

    Statut particulier : oui ou non?

    Le chef de la CAQ a également déclaré qu’un statut particulier avait déjà été accordé à l’Abitibi-Témiscamingue.

    « Quand j'entends Paul St-Pierre Plamondon dire que ça prendrait un statut particulier, il a manqué une bonne game. On a déjà mis des primes qui s’appliquent seulement pour l’Abitibi-Témiscamingue », a affirmé M. Legault sur nos ondes.

    Les trois candidats caquistes de la région ont toutefois répété lors de la campagne électorale qu’ils n’étaient pas en faveur de l’attribution d’un tel statut.

    J’ai l’impression que François Legault ne discute pas avec les candidats de la région, mais peut-être plus avec des attachés politiques qui lui donnent de la mauvaise information, remarque Jean-Sébastien Blais.

    Vos commentaires

    Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !