•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ce qu’ils ont dit : les priorités des candidats dans Sherbrooke

Au cours des dernières semaines, les candidats des circonscriptions d’Orford, Richmond et Sherbrooke ont défilé devant le micro de Mathieu Beaumont à Par ici l’info pour s’exprimer sur les enjeux qui touchent leur région et les priorités qu'ils comptent défendre au nom de leurs concitoyens.

La rivière Magog.

L'environnement, le logement, la santé : tous des enjeux qui touchent Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / Martin Bilodeau

Radio-Canada

C'est la plus petite circonscription de l'Estrie en taille, mais la plus dense. Située au centre de la région administrative de l'Estrie, Sherbrooke porte le nom de la ville qu'elle englobe en partie. Ville étudiante, près d'une personne sur cinq ont entre 20 et 29 ans dans cette circonscription urbaine, et la proportion de gens détenant un diplôme universitaire est supérieure à la moyenne provinciale. Majoritairement francophone, elle comporte toutefois une bonne proportion de personnes issues de l'immigration : un individu sur 10 fait partie d'une minorité visible.

La crise du logement est un problème qui frappe durement depuis les dernières années dans la circonscription. L'accès aux soins de santé, l'inflation qui plombe le budget des ménages, l'accès au transport en commun, la pénurie de main-d'oeuvre et la protection de l'environnement sont tous des enjeux qui trouvent écho à Sherbrooke.

Caroline St-Hilaire, candidate de la Coalition avenir Québec

Coût de la vie

La candidate soutient que l'inflation était sur toutes les lèvres lors de son porte-à-porte.

Il y a plusieurs préoccupations, je pense que Sherbrooke n'est pas un groupe homogène. [...] Mais la situation économique inquiète notamment les familles, les aînés, les personnes qui vivent seules. Je sens qu'ils ont besoin de stabilité. On entend beaucoup parler de révolution, d'élections de la dernière chance. Je sens que les gens ont besoin d'un gouvernement qui va prendre soin d'eux, qui va les écouter et qui ne va pas couper dans les services à la population.

Relations avec les gouvernements de proximité

Caroline St-Hilaire a longtemps été mairesse de Longueuil et soutient bien connaître les revendications des élus municipaux.

C'est la CAQ qui a été le premier gouvernement à donner le 1 % de la TVQ aux municipalités, et M. Legault a pris le mandat de [pérenniser cette mesure] dans le cadre d'un prochain mandat. [...] On comprend que les enjeux des municipalités sont énormes. Moi, je vais travailler avec la mairesse, je vais travailler avec la Ville. Je ne vais pas débarquer pour imposer un tramway, je vais voir ce que sont les préoccupations en transport. Je suis une fille qui aime travailler en équipe.

Caroline St-Hilaire.

La candidate caquiste affirme qu'elle veut travailler main dans la main avec la mairesse Évelyne Beaudin.

Photo : Radio-Canada / Titouan Bussiere

Innovation technologique

François Legault avait annoncé en grande pompe la création des deux premières zones d'innovation en Estrie. Depuis, il y a eu très peu de développement à ce sujet.

La zone d'innovation, c'est le début de quelque chose, ce n'est pas une finalité. Il y a des projets en cours et on va travailler avec les villes, les institutions et l'Université de Sherbrooke.

François Vaes, candidat du Parti libéral du Québec

Santé

Le candidat libéral estime que la CAQ n'a pas réussi à trouver de solutions aux enjeux principaux des Québécois.

Les gens sont inquiets. Par exemple, s'ils ont un enfant, comment ils vont pouvoir avoir accès aux soins de santé? Notre système, tout le monde s'accorde à dire que quand on est [dedans], on reçoit les bons soins. Mais comment on va rentrer [dans le système]? Comment on va rencontrer un médecin? Quatorze heures et plus à l'urgence, c'est inacceptable. Et les gens me parlent excessivement de ça.

Le candidat François Vaes devant le lac des nations.

Le candidat libéral dans Sherbrooke fait de la santé et du transport collectif ses deux priorités.

Photo : Radio-Canada / Arianne Béland

Transport collectif

François Vaes était un consultant en transport de personnes avant de se lancer dans la campagne électorale, et a toujours mentionné que le transport collectif était un de ses enjeux prioritaires.

[Les citoyens me disent] qu'ils ont des habitudes de vie, qu'ils ont deux, trois voitures à la maison, qu'ils ne veulent pas que ça coûte une beurrée dans les prochaines semaines. C'est vraiment une inquiétude [pour eux] le coût de la vie qui augmente. Comment on règle ça? [Ils disent] qu'ils sont prêts à faire des concessions et [ils ont] besoin de transport collectif, mais ce n'est peut-être pas assez présent. [...] Ce qu'on s'engage à faire, c'est de bonifier le service de la Société de transport de Sherbrooke, de travailler avec eux pour améliorer la fréquence vers le CHUS, vers l'Université de Sherbrooke. [...] Quand quelqu'un décide un vendredi soir d'aller voir un match de football et qu'après, il vit à Rock Forest, c'est qu'il puisse avoir un autobus [...] en 20 minutes.

Christine Labrie, candidate de Québec solidaire

Santé mentale

La mort d'Amélie Champagne à la suite d'un séjour à l'Hôtel-Dieu de Sherbrooke a fortement ébranlé la députée sortante.

Je dois quand même vous dire que l’accès aux soins de santé mentale, c'est un enjeu en Estrie. Ce n'est pas la première fois qu'une personne met fin à ses jours après avoir eu des difficultés à obtenir des soins au CIUSSS de l’Estrie - CHUS, et moi, ça me préoccupe beaucoup de voir ça. C’est entre autres une raison pour laquelle j’ai travaillé sur la création du centre de crise qui va s'en venir dans la prochaine année. Les ressources sont limitées au sein du réseau pour répondre à la demande en matière de détresse psychologique, il faut que la lumière soit faite sur ces événements.

Transport collectif

La candidate soutient qu'il s'agit d'une priorité non seulement en raison des changements climatiques, mais aussi parce que la population vieillit et nécessitera plus que jamais une alternative pour ses déplacements.

On a, comme élu, la responsabilité d'anticiper les besoins des gens pour les prochaines années. [...] [Il y a aussi] des milliers de personnes [âgées] qui vont perdre leurs permis de conduire dans les prochaines années. [...] Je ne peux pas demander à aucun citoyen de Sherbrooke d'abandonner sa voiture en ce moment, compte tenu des alternatives qu’ils ont qui ne sont pas suffisamment efficaces pour se rendre au travail dans un délai raisonnable. Si on veut que les gens changent leurs habitudes de vie, il faut d'abord offrir une alternative qui est pertinente pour leurs déplacements.

la deputee de sherbrooke christine labrie.

La députée sortante de Sherbrooke, Christine Labrie, veut notamment améliorer le transport collectif.

Photo : Radio-Canada / ANDRÉ VUILLEMIN

Yves Bérubé-Lauzière, candidat du Parti québécois

Souveraineté

Le candidat péquiste soutient qu'il s'agit de sa première raison de coeur pour laquelle il se présente au sein de ce parti.

Le Parti québécois défend la langue française [et] et je crois que c'est un projet pertinent que le Québec devienne un pays parce que nous l’avons vu : M.Legault a fait beaucoup de demandes au gouvernement fédéral et c’est toujours non.

Train Sherbrooke-Montréal

L'ingénieur de formation soutient que les coûts ont été bien évalués pour permettre la réalisation d'un tel projet à coût « réaliste ».

Les projets qui ont été présentés jusqu'à maintenant sont tous des projets qui utilisent de vieux rails, et ce sont des rails occupés par du transport de marchandises. On ne pourra jamais avec ces rails-là aller assez vite pour être compétitif avec la voiture.[...] C'est un super projet et la population veut un train pour aller à Montréal. C’est un projet qui va servir toute la population de l’Estrie le long de l’autoroute 10.

Yves Bérubé-Lauzière lors d'une conférence de presse devant l'Université de Sherbrooke.

Le candidat du Parti québécois dans Sherbrooke Yves-Bérubé Lauzière a suggéré lors de sa campagne la création d’un institut de robotique à Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Zoée St-Amand, candidate du Parti conservateur du Québec

Coût de la vie

Selon la candidate conservatrice, les impacts de l'inflation sur la classe moyenne n'ont pas été suffisamment entendus pendant la campagne.

Le coût de la vie a grandement monté, et aussi le coût du panier d'épicerie. On parle beaucoup des plus démunis pendant cette campagne, mais cet enjeu touche maintenant la classe moyenne. [...] À Sherbrooke, on a des possibilités parce qu'on est dans une région d'agriculture, on est rural, on pourrait avoir accès à de la nourriture produite localement, produite par des maraîchers locaux, pour contrer la hausse de ce panier d'épicerie. Le fait que c'est difficile au niveau économique, ça procure un stress de joindre les deux bouts.

Le pancarte de la candidate conservatrice Zoée St-Amand dans Sherbrooke.

Le pancarte de la candidate conservatrice Zoée St-Amand dans Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / André Vuillemin

Achat local

Zoée St-Amand suggère la création d'entreprises locales pour produire des produits dans la région et limiter l'augmentation du coût de la vie.

Dans les marchés, les produits locaux coûtent plus cher que dans les épiceries. Ça devient difficile de faire ce choix parce qu'on a moins d'argent dans notre portefeuille. [...] On propose de favoriser l'entrepreneuriat environnemental et de favoriser les liens avec l'entreprise privée. On a un campus avec une Faculté de l'environnement, donc, de promouvoir les entreprises environnementales, la culture maraîchère, et faire que ces produits soient produits en plus grande quantité et soient plus facilement accessibles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !