•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un pont près d’un ancien pensionnat pour Autochtones retrouve sa couleur orange

Quatre personnes sont en train de repeindre une partie du pont qui traverse la rivière Somass

Le pont survole la rivière Somass à Port Alberni.

Photo : Ministère des Transports et de l'Infrastructure

Radio-Canada

Une partie d’un vieux pont qui traverse la rivière Somass sur l’île de Vancouver a retrouvé sa couleur orange à l’occasion de la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation. Il avait été repeint en gris dans les années 1990.

Le pont Riverbend, dénommé le pont orange , traverse la rivière à Port Alberni à la hauteur de la route 4 et de la rue Falls, près du bâtiment administratif Tseshaht.

Il se trouve non loin d'un ancien pensionnat pour Autochones.

Selon le chef de la Première Nation Tseshaht, Ken Watts, des survivants du pensionnat ont demandé que le pont retrouve sa couleur orange pour rappeler aux visiteurs la douloureuse expérience qu’ils ont vécue dans l'établissement.

Les survivants ont voulu qu’on les reconnaisse et que l’on affiche notre solidarité pour que le pont devienne un espace convivial en le traversant , dit le chef Watts.

La couleur orange, disent-ils, souligne le lancement d’un nouveau départ.

Des survivants du pensionnat pour Autochtones, des bénévoles et des étudiants autochtones ont aidé des équipes à peindre cette partie du pont.

La peinture du pont est un projet établi entre la Première Nation Tseshaht et le ministère des Transports et de l’Infrastructure de la Colombie-Britannique.

Rendre hommage

La Journée nationale de la vérité et de la réconciliation est l'occasion de rendre hommage aux enfants autochtones disparus et aux survivants des pensionnats ainsi qu’à leurs proches.

Plus de 150 000 personnes des Premières Nations, des Métis et des Inuit ont été forcées de fréquenter les pensionnats pour Autochtones. Ces institutions étaient dirigées majoritairement par l’Église catholique et financées par le gouvernement du Canada des années 1870 à 1997.

Ces écoles avaient comme objectif d’assimiler les enfants autochtones, notamment en éradiquant les langues et cultures autochtones.

Les abus étaient également très répandus.

Le Centre national pour la vérité et la réconciliation a recensé plus de 4100 enfants décédés alors qu’ils fréquentaient ces pensionnats.

D'après des informations de Christina Jung

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !