•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville d’Ottawa a refusé l’appel de la sécurité du Parlement pendant le convoi

Un agent du Service de protection parlementaire surveillant la manifestation des camionneurs.

Un agent du Service de protection parlementaire pendant la manifestation des camionneurs (archives).

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

La Presse canadienne

Le bureau du maire d'Ottawa, Jim Watson, n'aurait pas répondu à un appel du Service de protection parlementaire au plus fort du convoi des camionneurs, a déclaré son directeur par intérim à un comité jeudi soir.

Larry Brookson, le directeur par intérim du service, a annoncé aux députés et aux sénateurs lors d'une audience en comité mixte qu'il avait tenté de contacter M. Watson et le directeur municipal d'Ottawa lors des manifestations qui ont occupé le centre-ville d'Ottawa pendant trois semaines en février.

Mais il a dit avoir reçu des réponses de leurs deux bureaux, selon lesquelles ils n'étaient pas disponibles pour parler.

M. Brookson a ajouté que le bureau du maire n'avait pas communiqué avec le service de protection, qui est responsable de la sécurité sur la colline du Parlement, au sujet d'un accord raté entre la Ville et les organisateurs du convoi pour mettre fin à la manifestation, négocié à son apogée.

La Ville n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Deux hommes dans un jacuzzi en plein coeur du centre-ville d'Ottawa.

Les images de ces deux hommes dans un jacuzzi pendant l'occupation du centre-ville ont été virales (archives).

Photo : AFP via Getty Images/JOE KLAMAR

M. Brookson a indiqué au comité qu'il appuie l'extension de la Cité parlementaire pour inclure la rue Wellington, un changement qui est actuellement à l'étude, et a ajouté que les choses se seraient passées différemment si la route avait relevé de sa compétence.

Malgré ses inquiétudes, il a témoigné que la Ville et la police d'Ottawa avaient autorisé les manifestants à conduire et à se garer dans la rue, qui fait face au Parlement, mais n'est pas régie par la sécurité parlementaire.

Les rues auraient été bloquées s'il avait été aux commandes, a-t-il dit. Aucun véhicule n'aurait été autorisé à entrer dans la rue Wellington.

Alors que les services de police ont fourni des mises à jour sur leurs opérations qui, selon M. Brookson, étaient satisfaisantes, il a indiqué que, parce que le service de sécurité n'est pas un organisme d'application de la loi et ne faisait pas partie d'opérations conjointes entre les forces de police, il manquait parfois de données sur la situation à l'extérieur de la Colline et n'a pas été informé de la position quotidienne de la police.

Il s'est dit déçu de ne pas avoir davantage son mot à dire dans les décisions concernant la rue Wellington.

Je pense qu'une partie de ma déception est que je pensais avoir plus d'influence que ce que j'avais réellement avec les partenaires policiers. Je vais devoir leur en parler à ce sujet. Je veux dire, cela m'a attristé tout au long, a-t-il rapporté. Suggérer que les gens doivent venir travailler et subir ce genre de tourment, peu importe d'où cela vient, ne me convient tout simplement pas.

Une voiture du Service de police d'Ottawa.

Une voiture du Service de police d'Ottawa circule en plein coeur de la rue occupée par les camionneurs (archives).

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

M. Brookson a indiqué que des exercices sur table sont maintenant menés avec des partenaires policiers et je suis très heureux des changements qui semblent se produire au Service de police d'Ottawa.

Le sergent d'armes Patrick McDonell, qui est l'agent de sécurité de la Chambre des communes, et son homologue du Sénat Julie Lacroix ont également témoigné devant le comité.

Les audiences parlementaires sont en cours dans le cadre d'une étude sur la déclaration d'urgence du gouvernement fédéral en vertu de la Loi sur les mesures d'urgence.

Les acteurs de la sécurité du Parlement ont témoigné qu'ils n'avaient reçu aucun nouveau pouvoir dans le cadre de l'état d'urgence, et M. Brookson a ajouté qu'il ne pensait pas que de tels pouvoirs seraient nécessaires pour que le service de protection puisse gérer une zone administrative qui comprend la rue Wellington.

Peter Sloly, qui a démissionné de son poste de chef de la police d'Ottawa à la mi-février, avait déjà témoigné devant le comité que placer la rue Wellington sous l'autorité du service de protection serait logique, mais pourrait être coûteux, car le service est moins équipé pour répondre aux problèmes quotidiens de maintien de l'ordre sur la rue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !