•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vérité et réconciliation en Ontario : des événements pour honorer et réfléchir

Une femme et un enfant dessinent sur un chandail orange.

Tout au long de la journée, des évènements sont organisés pour sensibiliser aux enjeux de la réconciliation avec les populations autochtones, comme au centre Na-Me-Res à Toronto.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Beaucoup d'événements marquent la deuxième Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, destinée à rendre hommage aux survivants des pensionnats pour Autochtones, à leurs familles, à leurs communautés et aux enfants autochtones qui ne sont jamais rentrés chez eux.

Cette journée est une occasion de s'engager dans le processus de vérité, de réconciliation et de justice avec les Premières Nations, les Inuit et les Métis, selon les mots de la Ville de Toronto.

Beaucoup d'événements à Toronto...

Le rassemblement sur l’héritage autochtone du Toronto Council Fire au carré Nathan Phillips se déroule depuis la matinée, et jusqu'à 20 h vendredi. Le maire de Toronto, John Tory, est allé rencontrer les participants en début d'après-midi.

Les lettres de l'enseigne Toronto devant la mairie de la Ville sont décorées de motifs et d'images autochtones.

Les lettres emblématiques de la Ville de Toronto ont été redécorées pour rendre hommage aux cultures autochtones.

Photo : Radio-Canada

Organisé par le centre culturel autochtone Toronto Council Fire en partenariat avec la Ville, ce rassemblement célèbre les cultures, les traditions et les langues autochtones par le biais d'ateliers, de présentations, d'histoires, d'enseignements, de danse, de films et de musique.

Vendredi, l'événement a commencé par une cérémonie du lever du soleil, suivie au cours de la journée de discours, de présentations, d'un marché, d'étals de restauration et de tipis.

Des personnes vêtues d'orange chantent devant des tipis et des immeubles.

Des membres du centre culturel autochtone Toronto Council Fire animent le carré Nathan Phillips, à Toronto, depuis jeudi.

Photo : CBC/Evan Mitsui

Une sculpture monumentale mobile intitulée The TRUTH est par ailleurs exposée au lieu historique de Fort York, dans l'est de Garrison Common, du vendredi au dimanche, y compris toute la nuit du 1er au 2 octobre, dans le cadre de Nuit blanche.

La Ville déclare que The TRUTH s'oppose à l'injustice et à l'effacement, et prône l'introspection, car l'œuvre rappelle que nous vivons sur des terres autochtones reprises par des traités coloniaux; des traités qui n'ont pas honoré les engagements pris envers les peuples autochtones ni ne les ont respectés.

... et dans sa grande région

À Brampton, l'ancienne ministre fédérale de la Justice Jody Wilson-Raybould doit prononcer un discours au théâtre Brampton Rose lors d'une cérémonie présidée par le chef de la Première Nation des Mississaugas de Credit, Stacey Laforme. Une veillée à la bougie est aussi prévue devant l'édifice à 17 h.

À Mississauga, un marché artisanal et une exposition artistique se tiennent au centre culturel Small Arms Inspection Building. Des cérémonies de danse, de percussion et de purification y sont prévues.

Les écrans géants du carré des Célébrations diffusent également les 94 appels à l'action de la Commission de vérité et réconciliation tout au long de la journée, tandis que la tour de l'horloge sera illuminée en orange en soirée.

Le temps d'apprendre et de réfléchir, selon Doug Ford

Sur Twitter, le député provincial autochtone et chef adjoint du Nouveau Parti démocratique de l’Ontario Sol Mamakwa a souligné l'importance de réfléchir de manière significative sur ce qu'est la réconciliation. Celle-ci peut être un acte de performance, ou elle peut être le produit d'une réflexion sur le passé, d'une guérison et d'une réparation.

« Certains félicitent le gouvernement du Canada et l'Église catholique d'avoir publiquement admis la vérité sur les pensionnats. Mais admettre des actes répréhensibles face à des preuves indéniables, ce n'est pas une réconciliation. »

— Une citation de  Sol Mamakwa, député et porte-parole du NPD en Ontario en matière de relations avec les Autochtones et de traités
Sol Mamakwa parle dans une forêt vêtu d'un chandail orange.

Sol Mamakwa a présenté sa vision de la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation dans une vidéo publiée sur son compte Twitter.

Photo : Twitter/solmamakwa

À Queen's Park, le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, a participé au dévoilement d'un jardin destiné à reconnaître la relation durable issue de traités entre la Couronne et les peuples autochtones.

Dans une déclaration précédant l'événement et cosignée par le ministre des Affaires autochtones, Greg Rickford, il indique que la journée vise à prendre le temps d'apprendre et de réfléchir au sombre héritage du système des pensionnats [pour Autochtones] et à ses impacts sur les communautés autochtones.

« Nous rendons hommage aux survivants des pensionnats [pour] Autochtones, ainsi qu'à ceux qui ne sont jamais rentrés chez eux, et nous reconnaissons le traumatisme continu vécu par les survivants, les familles et les communautés. »

— Une citation de  Doug Ford et Greg Rickford, dans une déclaration
Doug Ford parle à une aînée autochtone. La plaque commémorative est à leurs côtés.

Doug Ford a dévoilé vendredi un jardin et une plaque commémorative écrite en langues anishinabe, française et anglaise à Queen's Park.

Photo : Radio-Canada / Gregory Wilson

Le maire de Toronto indique pour sa part que les drapeaux de la ville sont en berne vendredi pour marquer la réflexion sobre qu'impose la journée. Nous reconnaissons l'impact continu du système des pensionnats et des externats du Canada sur les peuples autochtones, qui a causé un traumatisme durable, déclare-t-il dans une vidéo publiée sur les médias sociaux.

En entrevue avec Radio-Canada, M. Tory s'est aussi rappelé l'ignorance autour du sujet jusqu'à récemment. On parle souvent du fait que les gens ne comprennent pas vraiment ce qu'est la décolonisation, je pense que c'est vrai. J'étais étudiant en histoire à l'université et nous n'avons pas passé de temps sur ce thème. Rien.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !