•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les secouristes de l’aéroport de Rouyn-Noranda s’exercent en situation d’urgence

Un avion est aspergé d'eau par les pompiers.

Les pompiers auxiliaires de l’aéroport régional de Rouyn-Noranda ont aspergé un avion communément appelé «beechcraft».

Photo : Radio-Canada / Gabriel Poirier

L’aéroport régional de Rouyn-Noranda a simulé une sortie de piste et une alerte à la bombe dans l’après-midi de jeudi. L’exercice a permis aux secouristes de tester leur dispositif de communication et de se familiariser avec l’environnement aéroportuaire. Il a réuni plus de 75 intervenants.

Noémie Landry et Déreck Vézina participaient à leur première simulation d’un incident aérien. Entourés de leurs camarades dans le Centre de coordination des mesures d’urgence, les deux étudiants en soins préhospitaliers d’urgence ont joué le rôle de blessés pour aider les pompiers et les ambulanciers à s’exercer au triage.

Je joue le rôle de la pilote, indique Noémie Landry. J’ai des signes de traumatisme crânien et des douleurs aux genoux.

Trois figurants dans une aérogare.

Noémie Landry, Julie-Pier L’Heureux et Déreck Vézina participaient à l’une des simulations à titre de figurants.

Photo : Radio-Canada / Gabriel Poirier

J’ai des brûlures au troisième degré à mes deux bras, une lacération à la tête et je suis inconscient. Je ne pourrai pas répondre aux paramédics, complète Déreck Vézina.

Les employés immédiats de l’aéroport, des pompiers auxiliaires, étaient accompagnés par ceux du Service de la sécurité incendie de la Ville de Rouyn-Noranda. Des policiers de la Sûreté du Québec étaient également mobilisés.

Un figurant avec de la peinture rouge sur les bras.

Déreck Vézina est maquillé pour simuler des brûlures au troisième degré sur ses avant-bras.

Photo : Radio-Canada / Gabriel Poirier

Appliquer les protocoles

Luc Tremblay, directeur de la sécurité publique à la Ville de Rouyn-Noranda, précise que les deux exercices de simulation ont permis aux secouristes d’exercer leurs rôles et leurs responsabilités respectifs dans le cadre du plan des mesures d’urgence de l’aéroport.

La simulation d’alerte à la bombe a conduit les secouristes à évacuer la nouvelle aérogare tandis que la simulation de sortie de piste d’un aéronef beechcraft les a poussés à prendre en charge les 14 figurants blessés.

L’enjeu, dans les situations d’urgence, est souvent la communication entre les différents intervenants. Le volume de communication que nous devons gérer représente un défi, car nous devons nous assurer de rassembler l’information et de bien la traiter, mentionne M. Tremblay.

Des pompiers pénètrent dans un petit avion.

Les pompiers pénètrent dans l’aéronef pour extirper les mannequins qui se trouvent à l’intérieur.

Photo : Radio-Canada / Gabriel Poirier

Bilan positif

La directrice de l’aéroport régional de Rouyn-Noranda, Marie-Reine Robert, dresse un bilan positif de l’exercice. S’il est trop tôt pour communiquer les conclusions, elle ajoute que de tels exercices aident les secouristes à apprendre et à s’améliorer.

Les intervenants ont des avantages à participer, car l’environnement aéroportuaire soulève peut-être des enjeux à leur niveau. C’est important que les équipes d’intervenants se familiarisent avec l’environnement et avec les procédures à suivre pour apprendre à agir en cohésion, indique-t-elle.

Un pompier escorte un figurant lors de la simulation d’un atterrissage d’urgence avec sortie de piste.

Un pompier escorte un figurant lors de la simulation d’un atterrissage d’urgence avec sortie de piste.

Photo : Radio-Canada / Gabriel Poirier

Les derniers exercices de cette nature remontaient à 2016. L’aéroport de Rouyn-Noranda organise de telles simulations tous les quatre ans, en vertu de la réglementation fédérale.

Celle-ci impose à l’organisme de mener un exercice en salle chaque année et un exercice à grand déploiement tous les quatre ans.

L’aéroport de Rouyn-Noranda a été en mesure de reporter celui de 2020 en raison de la pandémie. Les deux exercices étaient en cours de préparation depuis juin dernier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !