•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une ville du Nord de l’Ontario va rendre des artefacts à une Première Nation

Des objets faits de roches exposés dans un présentoir.

Les artefacts ont été acquéris par deux citoyens pendant les années 70.

Photo : Avec l'autorisation de Darcy Cybolsky

Radio-Canada

Iroquois Falls va faire des démarches pour rendre une série d’artefacts, dont certains vieux de 8000 ans, à la Première Nation de Wahgoshig, une communauté voisine.

Lors d'un événement qui a lieu vendredi, Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, la Ville va annoncer officiellement son intention de transférer les artefacts à la Première Nation.

Cette collection d’artefacts, qui est pour le moment en majorité exposée à la bibliothèque publique d’Iroquois Falls, est composée de pointes de flèches, d'outils en pierre et de poteries.

Ces objets ont été rassemblés par Justin et Marjorie Jordan, sur une période de 12 ans à partir de 1970.

C'est la cheffe de la Première Nation, June Black, qui a fait la demande de rapatrier ces artefacts.

Lorsqu'elle fréquentait l'Université de l'Alberta, Mme Black se souvient d'un conférencier invité dans un cours d'études autochtones, qui avait parlé de la façon dont sa communauté de Pieds-Noirs avait rapatrié certains de ses propres artefacts.

Des outils et des pointes de flèches sur un tapis vert.

Les artefacts autochtones étaient exposés à la bibliothèque d'Iroquois Falls.

Photo : Avec l'autorisation de Darcy Cybolsky

J'ai été vraiment, vraiment étonnée de sa présentation, affirme Mme Black.

Avant même d'entrer à l'université, Mme Black dit avoir vu une collection d'objets autochtones au Québec au milieu des années 1990. Cette expérience a eu un effet profond sur elle.

À l'époque, j'ai juré que si je devenais un jour la cheffe de notre communauté, je rapatrierais nos artefacts, affirme-t-elle.

Le conseiller municipal d’Iroquois Falls Darcy Cybolsky affirme que la restitution des artefacts serait un pas vers la réconciliation avec la Première nation voisine.

Nous venons d'un passé où la culture coloniale a supplanté la culture autochtone, déplore M. Cybolsky.

Plus que jamais, nous reconnaissons aujourd'hui à quel point c'était une erreur, et les pensionnats sont mis en lumière. Les peuples autochtones étaient bien conscients de tout ce système et des dommages qu'il a causés. Et maintenant, il y a ce nouvel élan qui aurait dû être donné depuis longtemps, ajoute-t-il.

Lorsque la demande est venue de les rendre à la Première nation de Wahgoshig, le conseil municipal a pris une décision facile à prendre selon lui.

Panneau de bienvenue d'Iroquois Falls

La ville d'Iroquois Falls, dans le Nord-Est de l'Ontario, compte environ 4500 habitants.

Photo : Radio-Canada / Sophie Houle-Drapeau

Nous étions en mesure de répondre à cette demande, et j'ai donc commencé à travailler en discutant avec le conseil d'administration de la bibliothèque, qui a tout de suite adhéré au projet, indique M. Cybolsky.

Lorsque la Ville va obtenir la permission de rapatrier les artefacts, M. Cybolsky va remettre ceux-ci au fils de Mme Black, pour représenter la prochaine génération qui fera mieux les choses.

La cheffe de la Première Nation de Wahgoshig affirme que sa communauté était déjà en train de construire une caisse de rangement sécurisée pour les artefacts et qu'elle trouverait un endroit approprié pour les exposer.

Elle a déclaré que les artefacts sont sacrés pour son peuple, car ils sont un rappel physique de leurs ancêtres.

Ce sont nos ancêtres, ce qui signifie beaucoup pour moi, a déclaré Mme Black.

Cela montre qu'ils étaient courageux, tout d'abord. Vous savez, ils étaient spirituels, ils étaient tous des héros, affirme-t-elle.

M. Cybolsky explique que pour transférer des objets aussi anciens que ceux qui se trouvent dans la bibliothèque de la Ville, il faut obtenir la permission de la province. Ce processus peut prendre de six mois à deux ans.

Avec les informations de Jolene Banning de CBC.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !