•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les organismes œuvrant en itinérance demandent plus d’écoute des élus 

Deux affiches montrant des silhouettes. Une pancarte indique "Les oubliés ... ne les oubliez pas".

Les 300 partenaires en itinérance de la province ont installé des bannières dans une quinzaine de lieux pour rappeler l'urgence de la situation au gouvernement actuel et aux futurs élus.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des organismes œuvrant en itinérance se considèrent comme les grands oubliés de la campagne électorale. Ils ont pris la parole jeudi, dans l'espoir que le prochain gouvernement tende davantage l'oreille face à cet enjeu. 

À Drummondville, l'itinérance est de plus en plus visible. Ce mode de vie est particulièrement pénible pour Jean-Sébastien Gallant-Collin. Dans la mesure du possible, ce serait le fun d'avoir un endroit pour dormir pour vrai sans se soucier d'avoir un ticket! [...] J'ai un petit chien. Ça fait deux jours déjà qu’il tremble, et il ne fait même pas six degrés. Je n’imagine pas ce que ce sera tantôt, souligne-t-il. 

Il prend la pose avec son chien.

Jean-Sébastien Gallant-Collin.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Dumas

Il est loin d'être le seul dans cette situation, estime la Table des partenaires en itinérance, dont fait partie le refuge drummondvillois Maison Habit-Action. 

Elle est de plus en plus visible [l’itinérance]. On voit des gens en situation d'itinérance dans nos parcs, qui viennent cogner à nos portes. C'est de plus en présent ici, constate la directrice de la Maison Habit-Action, Joanie Côté. Les 10 places en hébergement de son organisme sont dorénavant occupées.

Ces gens en situation d'itinérance sont souvent des gens qui sont plus marginaux et vivent des situations difficiles. Ils sont plus durs à loger, mais en plus, il n'y a pas de logements disponibles. Ça crée des listes chez nous, et on n'a pas de porte de sortie, donc les séjours sont de plus en plus longs, ajoute-t-elle. 

Elle se tient devant l'organisme.

Joanie Côté, directrice de la Maison Habit-Action.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Dumas

Un rappel aux candidats

Les 300 partenaires en itinérance de la province ont installé des bannières dans une quinzaine de lieux pour rappeler l'urgence de la situation au gouvernement actuel et aux futurs élus. 

« On veut rappeler aux partis de ne pas oublier les gens en situation d'itinérance et les organismes qui gravitent autour. »

— Une citation de  Joanie Côté, directrice de la Maison Habit-Action

Les solutions à cet enjeu sont multiples, rappelle Joanie Côté. Il faut pouvoir voir en dehors du cadre habituel pour créer des solutions autres que le logement social, c'est hyper important. On pense aux maisons de chambre, au financement pour des appartements supervisés, et pour des ressources humaines, aussi.

Le prochain gouvernement aura par ailleurs bientôt un portrait plus précis de l'itinérance. Le ministère de la Santé et des Services sociaux effectuera un dénombrement provincial de l’itinérance le 11 octobre prochain.

Avec les informations de Jean-François Dumas

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !