•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tir groupé contre la CAQ à Mont-Louis

Yv Bonnier-Viger, Méganne Perry Mélançon, Bruno Lelièvre, Kim Bergeron, Stéphane Sainte-Croix et Michel Marin.

Le débat des candidats de la circonscription de Gaspé a eu lieu au cours d'une émission spéciale d'Au cœur du monde.

Photo : Radio-Canada

À quatre jours du scrutin, le candidat de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans Gaspé, Stéphane Sainte-Croix, a été la cible privilégiée des autres candidats dans la circonscription lors du débat électoral organisé par Radio-Canada à la salle de la Pointe Sec de Mont-Louis.

Tout au long du débat, les attaques ont été incisives envers Stéphane Sainte-Croix. Les échanges ont été courtois, mais intenses et animés.

Les propos de M. Sainte-Croix ont souvent été interrompus par le candidat du Parti libéral du Québec (PLQ), Michel Marin, et la députée sortante et candidate péquiste, Méganne Perry Mélançon. Tous deux étaient visiblement à l’offensive, et dans une moindre mesure, le candidat de Québec solidaire (QS), Yv Bonnier-Viger, l'était aussi.

À force d'interruptions, les échanges entre candidats sont parfois devenus cacophoniques.

Dès le premier thème abordé, le ton était donné.

À peine M. Sainte-Croix a-t-il présenté le bilan de son parti sur la question du logement et souligné l'écoute de son gouvernement que le libéral Michel Marin a critiqué le capharnaüm auquel font face les municipalités pour faire avancer des dossiers liés à cet enjeu auprès de Québec.

Stéphane Sainte-Croix.

Stéphane Sainte-Croix est le candidat de la Coalition avenir Québec dans Gaspé.

Photo : Radio-Canada

Ça traîne, ça s’étire, des fois pour une lettre, c'est reporté de six mois. Il n’y a rien qui se règle, les projets n'avancent pas, a lancé Michel Marin.

Et la candidate péquiste Méganne Perry Mélançon de renchérir : Vous dites que vous êtes à l’écoute, M. Sainte-Croix, des besoins en logement, mais la ministre [sortante] des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, est venue à Gaspé en août 2021 dire qu’il n’y avait pas de crise du logement en Gaspésie, alors que si on pose la question aux citoyens, on aura une autre réponse.

Quatre thématiques ont été abordées, soit l'attractivité et la main-d'œuvre, la santé, l'environnement, ainsi que la mobilité et les transports.

Soins dentaires à Sainte-Anne-des-Monts

Sur le thème de la santé, le candidat caquiste s’est aussi retrouvé sur la défensive.

Stéphane Sainte-Croix a notamment vanté les efforts de son gouvernement dans la mise en place de la clinique communautaire de soins dentaires à Sainte-Anne-des-Monts. Ces efforts, a-t-il fait valoir, ont donné des résultats probants qui ont été salués par nos partenaires.

Méganne Perry Mélançon.

Méganne Perry Mélançon, la députée sortante, est la candidate du Parti québécois dans Gaspé.

Photo : Radio-Canada

Ce n’est pas une initiative du gouvernement de la CAQ, c’est une initiative du milieu, avec le CISSS et le maire [Simon Deschênes] qui s’est battu, a rétorqué la péquiste Méganne Perry Mélançon. Vous [la CAQ] l’avez en plus annoncé à Gaspé. Le ministre sortant de la Santé, Christian Dubé, n’est même pas venu à Sainte-Anne-des-Monts pour en faire l’annonce.

Ce dossier n’est toujours pas réglé, Mme Perry Mélançon, a tout de suite rebondi Michel Marin, du PLQ. Et le super ministre M. Dubé, dont Stéphane Sainte-Croix parle, n'a pas l'air si efficace que ça, a-t-il renchéri.

Michel Marin.

Michel Marin est le candidat du Parti libéral du Québec dans Gaspé.

Photo : Radio-Canada

Sur le thème de la prévention en santé, le candidat solidaire, Yv Bonnier-Viger, ancien directeur régional de santé publique, a d’ailleurs visé à la fois le PLQ, qui a, selon lui, coupé de façon éhontée dans la prévention et la CAQ qui a investi un petit peu et a été acculée au pied du mur avec la COVID.

C’est d’abord en prévention qu’on doit investir massivement, a commenté Yv Bonnier-Viger.

Mettre sous cloche le caribou

L'avenir du caribou montagnard de la Gaspésie et la protection des emplois dans l’industrie forestière ont aussi donné lieu à de bons échanges.

La protection des espèces menacées est non négociable, a martelé Yv Bonnier-Viger, tout en indiquant que, selon lui, la création d’aires protégées n'est pas incompatible avec le développement économique.

Yv Bonnier-Viger.

Le candidat de Québec solidaire dans Gaspé, Yv Bonnier-Viger, estime que la création d'aires protégées n'est pas incompatible avec le développement économique.

Photo : Radio-Canada

Cette position a été critiquée par l’ensemble des autres candidats, qui accusent Québec solidaire et Yv Bonnier-Viger de vouloir mettre une cloche de verre sur le caribou, au détriment de l'industrie forestière.

Il y a des solutions pour sauver le caribou, mais ça ne veut pas dire qu’il faut sacrifier l’industrie forestière, a affirmé Michel Marin.

Nous, on propose un équilibre qui respecte la question du caribou, la question du récréotourisme et celle de la foresterie, a avancé Stéphane Sainte-Croix.

Gespeg et la loi 96

Aucun représentant de la communauté mi’gmaw de Gespeg n’était présent au débat. Cependant, une question sur la loi 96, considérée par les Premières Nations comme une atteinte aux droits fondamentaux des élèves autochtones, a été transmise aux candidats. La communauté gaspésienne souhaitait savoir si ceux-ci étaient ouverts à une exemption pour les enfants autochtones.

Sur cette question, la candidate du Parti québécois, Méganne Perry Mélançon, indique vouloir démêler la question de l’application de la loi sur les enfants autochtones.

Québec solidaire met en avant l’importance de promouvoir et de protéger les langues autochtones, qui véhiculent une façon de voir le monde, selon Yv Bonnier-Viger. Le candidat a indiqué qu'il ferait en sorte que la loi soit amendée en ce sens.

De son côté, le caquiste Stéphane Sainte-Croix a rappelé que l’intention de la loi 96 n’est pas de nier les droits historiques tant anglophones qu’autochtones, mais bien de protéger le ciment de notre culture, la langue française.

Enfin, Michel Marin du PLQ a réitéré l’opposition de son parti à la loi 96, même si sa chef, Dominique Anglade, avait appuyé une première version du projet de loi. C’est une loi qui divise les Québécois, qui divise les communautés qui ont fondé la nation, c’est une loi rétrograde, a-t-il expliqué.

Pier-Luc Bouchard, du Parti conservateur du Québec, est le seul candidat dans la circonscription de Gaspé qui n’a pas participé au débat.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !