•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux jeunes auteurs signent un ouvrage encyclopédique sur Canal Famille 

Des comédiens et comédiennes posent dans un décor coloré.

La distribution de l'émission «Radio-Enfer», diffusée à Canal Famille de 1995 à 2001.

Photo : facebook.com/canalfamille/

Charles Rioux

Dans Génération Canal Famille, un ouvrage exhaustif portant sur la chaîne du même nom qui a été en ondes de 1988 à 2001, les auteurs Simon Portelance et Guy A. St Cyr revisitent l’histoire de l’ancêtre de Vrak à travers des centaines de photos et près de 250 entrevues; un exercice de mémoire colossal.

Le premier est auteur et humoriste, diplômé en arts et technologies des médias, le second est également auteur, et détenteur d’un diplôme de l’École nationale d’humour. Ils avaient respectivement 8 et 12 ans lorsque Canal Famille a cédé sa place à Vrak, en janvier 2001. Comme plusieurs jeunes, ils étaient d’abord plutôt inquiets de ce que proposerait le porteur de flambeau.

Au début, c’était pas mal le même contenu, c’est juste que les émissions moins bonnes de Canal Famille avaient été remplacées par des meilleures émissions, se rappelle Simon. C’est vraiment sur le tard qu’on s’est mis à s’ennuyer de Canal Famille, parce que Vrak s’est mis à faire moins de contenu québécois.

En effet, Canal Famille restera dans l’imaginaire collectif comme un grand pourvoyeur de contenu québécois, dans une mesure rarement observée depuis. C’est 52 productions québécoises qui ont été diffusées à Canal Famille sur une période de 12 ans, avec quelques acquisitions des autres chaînes, mais très peu, résume-t-il.

Les faux départs de Radio enfer et d'Une galaxie près de chez vous 

La préface de Génération Canal Famille est signée par Élyse Marquis, visage récurrent de la chaîne jeunesse dès son entrée en ondes, en 1988, alors que la comédienne sortait tout juste de l’école de théâtre. Elle est d’ailleurs la personne qui a participé au plus grand nombre de productions diffusées à Canal Famille : Enfanforme, Chaboum, Pin-Pon, Télé-Pirate, Génération W

Plusieurs autres émissions mémorables sont évoquées dans l’ouvrage, dont les incontournables Radio enfer (1995-2001) et Dans une galaxie près de chez vous (1999-2001), qui n’auraient peut-être jamais survécu dans l’industrie télévisuelle d’aujourd’hui, selon les auteurs du livre. En effet, les premiers épisodes de ces séries un peu décalées n’avaient pas vraiment convaincu les têtes dirigeantes de Canal Famille.

Maintenant, tout doit se faire en préproduction, et le jour où ça entre en ondes, si ce n’est pas bon à l’épisode 1, tu es fait. À l’époque, ce qui était fantastique, c’est que les émissions avaient le temps de prendre forme, de fleurir, explique Guy A. St Cyr. 

Avec son mélange de science-fiction et d’humour absurde, la première saison de Dans une galaxie près de chez vous avait laissé de glace le directeur d’Astral, alors maison-mère de Canal Famille. Il avait renvoyé les auteurs Claude Legault et Pierre-Yves Bernard à la table d'écriture à plusieurs reprises.

Ça a failli être débranché, c’est juste qu’il n’y avait pas d’autres émissions pour combler le trou, et les décors étaient déjà payés. Ils ont commandé une deuxième saison en disant : "C’est mieux d’être meilleur.", explique Simon Portelance.

Un arrêt sur image de l'introduction de l'émission Radio enfer, dans lequel on voit le logo de cette série jeunesse.

La série jeunesse «Radio enfer» a marqué une génération d'ados, notamment par son humour décapant pour l'époque.

Photo : VRAK

Une initiative qui a fait boule de neige 

Simon Portelance et Guy A. St Cyr ont eu l’idée d'écrire un livre sur Canal Famille au milieu des années 2010, surpris de l’enthousiasme que suscitaient toujours les souvenirs de la chaîne dans leur entourage. Ils avouent qu’ils n’auraient jamais pu s'imaginer l’ampleur que prendrait leur projet. 

Quand on s’est lancés là-dedans, on voyait quelque chose de beaucoup plus petit, avec peut-être une cinquantaine d’entrevues. On voulait couvrir les émissions marquantes, se rappelle Simon. 

Dès qu’ils ont commencé à passer des entrevues, ils se sont vite rendu compte que leur plan allait devenir contagieux et que plusieurs personnalités étaient prêtes à se replonger dans l’âge d’or de la chaîne. On était chez Claude Legault et il nous a débloqué à lui seul cinq ou six entrevues, illustre Guy A. St Cyr. 

Quatre acteurs et une actrice en habits d'astronautes dans une scène du film « Dans une galaxie près de chez vous 2 ».

Le capitaine Patenaude et son équipage dans le film «Dans une galaxie près de chez vous 2».

Photo : TVA Films

Les deux collègues se sont alors retrouvés avec des centaines d’entrevues, certaines particulièrement longues – comme les quatre heures passées avec Guy Jodoin –, dans lesquelles les anciens visages de Canal Famille se sont souvent révélés en profondeur. Parmi les autres personnalités qui ont participé à l’ouvrage, on trouve Vincent Bolduc, Jessika Barker, Didier Lucien, Lorànt Deutsch, Micheline Bernard et Bruno Blanchet. 

Le duo a également pu profiter de la générosité de plusieurs producteurs et productrices qui leur ont envoyé gratuitement des photos pour documenter leur ouvrage. On n’aurait pas pu faire ce livre si tout le monde avait [fait payer] pour chacune des photos.

L’avenir de la télévision jeunesse

En regardant l’avenir de la télévision jeunesse aujourd’hui, tant Élyse Marquis que les auteurs de Génération Canal Famille pensent qu’il faut oublier l’idée de ramener les jeunes vers le câble et la télévision traditionnelle, et investir les plateformes comme TikTok. 

Il faut aller les rejoindre où ils sont et leur proposer des contenus audacieux. [...] Des trucs qui vont peut-être déplaire à des parents, mais qui vont faire en sorte que les enfants vont se sentir un peu rebelles d’écouter quelque chose, croit Guy A. St Cyr. 

Il y a aussi un manque de promotion du contenu québécois. Les jeunes n’ont pas le réflexe d'aller sur ICI Tou.tv. Je me mets dans la peau d’un ado de 17 ans qui n’a pas beaucoup d'argent et qui mange des Sidekicks. S’il a 10 $ de budget, il va s’abonner à une plateforme comme Netflix, parce qu’il y a un meilleur rapport qualité-prix, conclut Simon Portelance. 

Ce texte a été écrit à partir d'entrevues réalisées par Pénélope McQuade pour l'émission Pénélope. Les propos ont pu être édités à des fins de clarté ou de concision.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !