•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accès aux soins : la C.-B. donne plus de pouvoirs aux pharmaciens et aux ambulanciers

Deux employés s'affairent derrière des contenants remplis de fioles de vaccin vides dans une pharmacie.

Dès le printemps 2023, les pharmaciens pourront, comme leurs collègues albertains, prescrire des médicaments pour des problèmes mineurs comme les allergies, les indigestions et les infections urinaires.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Le ministre de la Santé de la Colombie-Britannique, Adrian Dix, a dévoilé un plan s'échelonnant sur 5 ans pour répondre à la pénurie de main-d'œuvre dans le système de santé ainsi qu’aux besoins en soins qui sont à la hausse. De grands changements sont annoncés, comme plus de pouvoirs alloués aux pharmaciens et aux ambulanciers, ainsi que plus de médecins en formation.

On a eu 100 000 personnes de plus dans la province en 2021 seulement, ces personnes requièrent des soins, on a aussi une population vieillissante, qui elle aussi nécessite des soins, constate Adrian Dix.

Il estime que l’argent avancé jusqu’ici et les ajouts de personnel ne sont pas suffisants pour répondre à la crise dans le système de santé alors que plus d’un million de Britanno-Colombiens n’ont toujours pas de médecin de famille. On s’attend à ce qu’en 2032, la demande augmente de 14 % dans la province [dans le système], évalue le ministre.

Le plan réunit 70 actions regroupées autour de quatre piliers : la rétention de personnel, le recrutement, la formation de la main-d'œuvre et la réévaluation des approches pour administrer des soins.

Le ministre de la Santé Adrian Dix lors d'un point de presse.

Le ministre de la Santé Adrian Dix admet que les défis à venir dans les prochaines années dans le système de santé sont importants.

Photo : Mike McArthur/ CBC

L’annonce survient au lendemain d’un point de presse dans lequel le gouvernement a précisé qu'il se prépare à une double vague de COVID-19 et de grippe dans les prochains mois, déclarant être prêt à transférer 1000 patients hors des hôpitaux pour libérer des lits au besoin.

Plus de marge pour les pharmaciens et les ambulanciers

L’une des principales discussions que nous avons avec les médecins en Colombie-Britannique, c’est d’alléger la charge de travail pour les médecins de famille, précise le ministre de la Santé. Ainsi, les pharmaciens et les ambulanciers auront plus de responsabilités dans leur champ respectif, réduisant la pression sur les médecins.

« Nous ne sommes pas concentrés sur les barrières, nous sommes concentrés sur les soins qui se fondent sur du travail d’équipe, notre attention est sur l’idée d’offrir les soins que les patients nécessitent. »

— Une citation de  Adrian Dix, ministre de la Santé de la Colombie-Britannique

Dès le 14 octobre, les pharmaciens pourront administrer plus de vaccins et ils pourront renouveler les prescriptions jusqu’à 24 mois sans que le patient soit contraint de passer chez le médecin.

À partir du printemps 2023, les pharmaciens pourront aussi prescrire des médicaments pour des enjeux mineurs tels que les allergies, les indigestions, les infections urinaires, l’acné et la contraception.

Les pharmaciens ne nécessitent pas plus de formations [pour ces responsabilités], nous sommes formés depuis longtemps pour beaucoup plus que ce qu’on avait le droit de faire, précise Jamie Wigston, le président de l'Association des pharmaciens de la Colombie-Britannique. J’étais formé il y a dix ans et l'on se battait déjà pour faire plus.

Un ambulancier de la Colombie-Britannique.

Les ambulanciers auront plus de responsabilités et devront par exemple développer leurs habiletés en matière d’assistance respiratoire avancée.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Le gouvernement entend aussi, entre autres, revoir les services offerts par les ambulanciers pour leur permettre d’appliquer des procédures de soins préhospitaliers avancés et développer des habiletés en matière d’assistance respiratoire avancée.

Former de nouveaux médecins

Victoria ajoutera graduellement, à partir de l’an prochain, 128 nouvelles places en médecine à l’Université de la Colombie-Britannique, dispersées à travers la province. L'Université Simon Fraser recevra aussi 1 500 000 dollars qui lui permettront de démarrer un nouveau programme de médecine à Surrey.

Un personnel soignant devant les urgences de l'Hôpital général de Vancouver.

Victoria veut faire face non seulement à la pénurie actuelle, mais aussi à l'éventuel départ à la retraite de 400 médecins de famille qui ont plus de 70 ans.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Il est urgent de former de nouveaux médecins, selon Adrian Dix, qui constate qu’il y a présentement 400 médecins qui ont de plus de 70 ans en Colombie-Britannique.

La formation de ces médecins en Colombie-Britannique pourrait aussi favoriser une certaine rétention. Il faut quand même aussi travailler pour s’assurer, surtout pour les médecins de famille, qu’ils travaillent dans la communauté, explique le ministre de la Santé. Il précise que 90 % des médecins qui sont diplômés dans la province y demeurent par la suite.

La stratégie du gouvernement est saluée par la cheffe du Parti vert de la Colombie-Britannique, Sonia Furstenau, qui espère la voir être implantée dans son entièreté et qui demande un échéancier plus précis pour les prises d'actions.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !