•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le candidat à la mairie de Winnipeg Glen Murray s’excuse et nie certaines allégations

Glen Murray, dans son bureau de campagne électorale à Winnipeg, le 29 septembre 2022, avec des partisans.

Le candidat à la mairie de Winnipeg, Glen Murray, a lu une déclaration devant les médias, jeudi, relativement aux allégations formulées contre lui.

Photo : Radio-Canada / Cedrick Noufele

Le candidat à la mairie de Winnipeg, Glen Murray, s'est excusé pour son comportement en tant que gestionnaire à l'Institut Pembina. Il nie cependant l'allégation de harcèlement sexuel.

D'anciens employés du groupe de réflexion sur l'énergie propre établi à Calgary soutiennent que Glen Murray s'est comporté de manière déplacée lorsqu'il était à la tête de l'organisme. (Nouvelle fenêtre) Un emploi qu'il a occupé 370 jours, entre 2017 et 2018.

Jeudi après-midi, il a lu, en anglais, une déclaration devant les médias à son bureau de campagne, réagissant à une enquête du journaliste Bartley Kives de CBC.

Les allégations sont fausses

Glen Murray

M. Murray a déclaré que « le harcèlement sexuel n'a pas sa place dans un lieu de travail ou dans tout autre environnement, il n'y a aucune excuse pour ça. » (archives)

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Permettez-moi de commencer en termes clairs, les allégations de harcèlement sexuel rapportées dans les médias sont fausses, lance-t-il d'entrée de jeu, flanqué de ses partisans.

Le harcèlement sexuel est un problème sérieux dans notre société et ça doit être traité de manière respectueuse. Je reviendrai sur cet enjeu plus tard dans ma remarque.

Mardi, l'avocate de M. Murray, Bailey Harris, a écrit dans une lettre que toutes les allégations de harcèlement contre son client liées à son passage à l’Institut Pembina sont catégoriquement fausses et qu'elles n'ont jamais été portées à l'attention de son client.

Mme Harris a aussi écrit que Glen Murray a démissionné pour des raisons personnelles et familiales.

Glen Murray fait un discours devant l'Union Centre à Winnipeg.

Glen Murray se décrit comme « un leader déterminé, fier de la réputation acquise en tant que rassembleur, collaborateur, et une personne qui pense hors des sentiers battus. » (archives)

Photo : Radio-Canada / Sam Samson

Glen Murray reconnaît que son arrivée à l'Institut Pembina se déroulait dans un temps de grand changement dans ma vie privée.

« Il est clair que j'ai laissé cette pression se répercuter sur ma vie professionnelle. Je suis désolé pour ça et j'en prends la responsabilité. »

— Une citation de  Glen Murray, candidat à la mairie de Winnipeg

Je regrette d'avoir laissé ma passion pour le travail, pour la réalisation de mon mandat, brouiller mon jugement de gestionnaire. Plus encore, je m'excuse pour tout stress ou toutes tensions que j'ai pu provoquer par mon approche à la direction de [l'Institut] Pembina.

Il estime que malgré le bon travail de l'Institut Pembina, il est devenu évident pour l'équipe de direction que je servais et pour moi-même que mon style de direction et ma façon de travailler ne correspondaient pas à la culture de l'organisation.

C'est ainsi, précise-t-il, que les deux parties ont réalisé que de se séparer était le meilleur moyen d'avancer et que pour des raisons professionnelles et personnelles je devais démissionner.

Un retour à l'Hôtel de Ville?

Glen Murray à l'extérieur de l'hôtel de ville de Winnipeg, parle aux journalistes, le 22 juin 2022.

Glen Murray poursuit sa campagne électorale pour devenir maire de Winnipeg, ayant occupé ce poste de 1998 à 2004. (archives)

Photo : Radio-Canada / Anne-Louise Michel

Je me concentre sur le fait d'être le meilleur candidat possible à la mairie, de donner le meilleur leadership possible et de m'assurer qu'ensemble, nous faisons de Winnipeg une ville meilleure et plus forte.

Dans un sondage Probe Research, publié le 26 septembre, l'ancien maire récoltait 40 % des intentions des électeurs décidés. Il est le candidat en tête des intentions de vote.

Dans sa déclaration jeudi après-midi, il dit avoir appris de son expérience de gestionnaire à l'Institut Pembina.

« Les leaders ne sont pas parfaits. On est humain. Les bons leaders écoutent, ils apprennent, entre autres, à être honnêtes envers eux-mêmes. »

— Une citation de  Glen Murray, candidat à la mairie de Winnipeg

En réfléchissant à ce que j'aurais pu faire différemment, j'ai eu l'occasion de devenir un meilleur leader, plus aguerri et plus sensible.Ce sont ces compétences et ces leçons que j'espère amener à la mairie pour aider à relever les défis auxquels la Ville est confrontée.

Les élections municipales au Manitoba ont lieu le 26 octobre.

Élections municipales au Manitoba

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.