•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une coopérative de couturières africaines d’Edmonton s’offre un nouvel atelier

Victorine-Véronique Mboudou Atama, à droite, travaille sur une machine à coudre.

Victorine-Véronique Mboudou Atama, à droite, est une des « mamans » à avoir reçu une formation avec la Coopérative de couture des travailleuses africaines francophones.

Photo : Radio-Canada / Julien Latraverse

La Coopérative de couture des travailleuses africaines francophones (CCTAF) a déménagé dans un nouvel atelier permanent, dans le quartier Bonnie Doon d’Edmonton, jeudi.

Une des vocations de ce nouveau lieu, situé au 12 du 8925, avenue Whyte, est la formation de nouvelles couturières. La coopérative a adopté cette mission il y a un an.

Victorine-Véronique Mboudou Atama, appelée affectueusement maman Victorine, est l'une des premières couturières à avoir reçu une formation de la CCTAF, lorsque les cours se donnaient dans le gymnase de l'École Michaëlle-Jean. Elle y a appris les rudiments de la couture, notamment de ne jamais sauter l’étape du patron. Tout était intéressant, affirme-t-elle.

Ces formations, offertes le vendredi et le samedi dans le nouvel atelier, s’adressent à quiconque veut découvrir la couture, affirme Léonie Ahodan, une des formatrices. Au départ, on était partis avec les mamans et les personnes plus âgées, mais, au fil du temps, des jeunes filles s'y sont intéressées, indique-t-elle.

L’intérêt envers l'activité est tel qu'il y a au moins une dizaine de jeunes qui se sont inscrites pour [une] formation dans le local de la 82e avenue, affirme la formatrice.

« La clientèle s'agrandit et elle est de tout âge. »

— Une citation de  Léonie Ahodan, formatrice à la CCTAF

Outre la formation, ce nouvel atelier de la CCTAF offrira à ses membres un endroit où travailler et offrir leurs services.

On a vu un besoin dans notre communauté, et on a voulu y aller avec ces besoins-là, déclare Alice Musele, la coordonnatrice de la CCTAF. Ce nouvel endroit offre aussi de l’indépendance à ses membres, un autre intérêt très concret pour sa clientèle et la communauté de la CCTAF.

Ça donne l’autonomisation de la femme [...] C’est très important pour l’entrepreneuriat.

Les cours dans le nouveau local débuteront au début du mois d'octobre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !