•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Employée sous un faux nom chez Desjardins, une fraudeuse risque deux ans de prison

La femme âgée de la cinquantaine fixe la lentille alors qu'elle se déplace dans le corridor

Solange Crevier, alias Solane Greuier, au palais de justice de Québec en mars 2020

Photo : Radio-Canada / Yannick Bergeron

Solange Crevier, alias Joane Richer, alias Solane Greuier, se défend bien d'avoir utilisé de faux noms par « appât du gain ».

La femme de 59 ans a utilisé ses fausses identités pour travailler à la fois chez Desjardins à Lévis, et pour le ministère de la Culture et des Communications.

À l'étape des observations sur la peine, la fraudeuse, déjà reconnue coupable en 2007, a expliqué qu'elle a changé d'identité pour continuer de travailler dans son domaine.

Solange Crevier ne peut plus exister, a illustré la résidente de Deux-Montagnes.

Entre 2015 et 2017, elle a donc travaillé à l'implantation d'un système technologique chez Desjardins sous le nom d'une personne de sa famille qui ignorait la supercherie.

Ministère de la Culture

À la même époque, elle a aussi obtenu des contrats de consultantes pour le ministère de la Culture en se forgeant une identité de toute pièce.

Selon la poursuite, les agissements de la récidiviste mériteraient une peine de prison ferme de deux ans.

Les avocats de la défense plaident pour une sentence à purger dans la collectivité.

La juge continuera d'entendre leurs arguments au mois de novembre.

L'an dernier, Solange Crevier a été condamnée à une peine de six mois de détention pour avoir travaillé, encore une fois sous un faux nom, à la haute direction de VIA Rail.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.