•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

QDoc, un service de télémédecine offert aux patients manitobains

Norman Silver.

Norman Silver, cofondateur de QDoc et urgentologue spécialiste en pédiatrie, décrit son service comme « Uber pour la médecine ».

Photo : Gracieuseté : QDoc

Un service de télémédecine permet désormais aux Manitobains de consulter un médecin virtuellement en quelques minutes.

L'urgentologue spécialiste en pédiatrie décrit son service comme Uber pour la médecine.

Notre but est que lorsqu'un patient clique sur le bouton "Voir un médecin maintenant", il soit connecté dans les 5 minutes suivantes, explique le Dr Norman Silver, cofondateur de QDoc.

Nous pouvons faire des prescriptions, demander des tests en laboratoires et des radiographies et même organiser des examens en personne, explique-t-il.

Le Dr Silver précise toutefois que son service se concentre sur ce qui peut être fait virtuellement, ce que la grande majorité des patients sont capables d'identifier eux-mêmes, selon lui.

Si, par exemple, vous avez besoin de consulter pour votre enfant, le système va prioriser un pédiatre d'abord. Puis, si aucun pédiatre n'est disponible après cinq minutes, il élargira la recherche au médecin le plus proche et disponible pour voir un enfant, explique-t-il.

Au cours du mois d'août, 1253 patients ont fait appel aux services de QDoc, explique le médecin. 76 % de nos patients sont en dehors de Winnipeg, alors que c'est là que vivent les deux tiers des Manitobains, précise-t-il.

Selon le Dr Silver, son entreprise vise à combler les trous dans les services en santé, particulièrement présents en milieu rural.

Le médecin souligne qu'il veut éviter aux patients de se rendre dans une salle d'attente et d'y rester des heures et non pour remplacer les services d'urgence.

« Si vous avez une douleur aiguë à la poitrine, appelez une ambulance, pas QDoc! »

— Une citation de  Dr Norman Silver, cofondateur de QDoc

Norman Silver ajoute que son service vise à compléter l'offre de la province en santé et non à lui faire concurrence. Si une région est satisfaite de ses services en santé et qu'ils ont l'impression que nous n'apporterons rien, nous n'irons pas dans cette région, dit-il.

Un service complémentaire

Professeure à l'université d'Ottawa et titulaire de la chaire de recherche en francophonie internationale sur les technologies numériques de santé, Sylvie Grosjean estime que la pandémie de COVID-19 a encouragé l'émergence de la télémédecine.

Ce qui s'est passé avec la pandémie, c'est qu'il y a une forme de massification de l'offre de services en téléconsultation [...] parce que l'accès aux médecins était moins évident, soutient-elle en entrevue à l'émission Le 6 à 9.

La professeure voit des avantages à des services comme QDoc, notamment pour les personnes qui sont orphelins de médecin de famille. C'est une offre intéressante et qui peut éviter aussi à ces personnes-là [...] d'engorger les urgences, souligne-t-elle.

Toutefois, Mme Grosjean ajoute qu'il est important d'utiliser la télémédecine comme une offre de service complémentaire.

« L'important, c'est que ça ne peut pas remplacer un médecin de famille. »

— Une citation de  Sylvie Grosjean, professeure à l'université d'Ottawa et titulaire de la chaire de recherche en francophonie internationale sur les technologies numériques de santé

Sylvie Grosjean est d'avis que ce genre de service a le potentiel d'améliorer l'offre en santé dans les milieux ruraux, en plus de gérer les cas moins graves ou complexes.

Je pense à une jeune maman; son enfant a un peu de fièvre, il a des boutons, etc. Ça peut être intéressant pour elle, plutôt que se déplacer à l'urgence, de pouvoir avoir accès à une téléconsultation.

Avec les informations de Patricia Bitu-Tshikudi

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !