•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections municipales : que peuvent faire les villes face à la crise du logement?

Une maison en travaux.

La construction de maisons est une des priorités en Ontario.

Photo : Radio-Canada / Jane Robertson

La création de logements a été une priorité pendant la campagne électorale provinciale en Ontario et le gouvernement Ford a signifié dès les premiers instants de son nouveau mandat sa volonté de stimuler la construction de maisons pour les Ontariens. Cet objectif fait écho à une crise du logement qui a des répercussions sur la campagne électorale municipale en Ontario.

Plusieurs municipalités du Nord de la province ont de nombreux candidats qui souhaitent mettre en place des mesures pour tenter de stimuler la croissance de construction de logements dans leur communauté.

Les grandes villes de la région ont plus de leviers fiscaux et réglementaires pour en arriver à la création de nouveaux logements.

C’est donc aux candidats à la mairie de Thunder Bay, Sault-Sainte-Marie et Timmins que nous avons proposé de nous confier comment ils comptent régler la crise du logement dans leurs communautés.

Le logement figure parmi les priorités établies par le gouvernement Ford, et se reflète également dans les plateformes des candidats dans plusieurs municipalités dans le Nord de l'Ontario.

La réquisition des terrains inutilisés, une proposition populaire

Parmi les candidats qui se présentent, une mesure semble faire presque consensus : des espaces inutilisés ou mal utilisés dans les villes pourraient servir à construire des logements.

Dans le plan sur le logement proposé par Matthew Shoemaker, qui brigue la mairie de Sault-Sainte-Marie, le candidat propose que la municipalité devienne partenaire dans la construction d’unités à logements multiples, puis que des organisations à but non lucratif soient responsables de leur gestion.

Photo portrait. Il sourie.

Matthew Shoemaker aspire à la mairie de Sault-Sainte-Marie.

Photo : Radio-Canada

Nous avons déjà vu des projets du genre avoir du succès pour la tour Trinity et pour le terrain qui appartient à la légion canadienne. Maintenant il faut prendre ce qui a fonctionné pour ces projets et l'étendre ailleurs dans la communauté, affirme M. Shoemaker.

Pour Tobin Kern, lui aussi candidat à la mairie de Sault-Sainte-Marie, ces terrains sous-utilisés sont des stationnements du centre-ville, qui selon lui sont des infrastructures qui pourraient être transformées en logements abordables.

Robin Peace et Ozzie Grandinetti, deux autres candidats de la mairie de Sault-Sainte-Marie, souhaitent quant à eux plutôt pénaliser les logements qui existent déjà et qui ne sont pas pleinement utilisés.

Portrait d'Ozzie Grandinetti avec une chemise blanche.

Ozzie Grandinetti, candidat à la mairie de Sault-Sainte-Marie.

Photo : Avec l'autorisation d'Ozzie Grandinetti.

Les deux candidats souhaitent mettre en place une taxe sur les logements vacants, qui pourrait s’appliquer sur les maisons ou les appartements qui sont loués sur des plateformes de location de courte durée.

M. Peace souhaite aussi que la Ville s’inspire d'initiatives comme celles de certains employeurs qui investissent eux-mêmes dans la construction de condos ou d'appartements pour leurs propres employés afin d'assurer le logement et le maintien de l'emploi.

Comme maire, M. Peace veut renforcer toutes les lois et l'application sur les marchands de sommeil et les propriétés délabrées, un problème sérieux qui a été autorisé à devenir incontrôlable.

La cinquième candidate Donna Hilsinger n'a pas répondu à nos demandes d'informations.

La diminution des règles pour accélérer la construction

Sur l’autre rive du lac Supérieur, à Thunder Bay, plusieurs candidats à la mairie proposent de changer des règlements pour accélérer la création de logements.

Le candidat Peng You affirme que la meilleure solution pour sa municipalité est de simplifier les processus pour la construction.

Des affiches électorales près d'un trottoir.

Peng You est un conseiller municipal qui aspire à la mairie de Thunder Bay.

Photo : CBC/Alex Brockman

Nous avons besoin d’attirer et d’encourager les promoteurs à construire du logement abordable. Nous pouvons le faire en mettant en place un programme dédié à accélérer la sous-division d’espaces déjà développés et permettre plus de maisons sur les terrains qui sont déjà là, explique M. You.

Il rappelle également que Thunder Bay doit s’attaquer au manque de logements rapidement, non seulement pour la demande actuelle, mais aussi pour accommoder la demande future et profiter de la hausse des emplois liés aux mines dans la région.

Il propose de donner un sursis aux constructeurs sur les coûts d’approbations et autres frais municipaux jusqu’à ce que les logements soient construits et occupés.

L'ancien hôpital psychiatrique Lakehead pourrait être aussi converti en logements, estime-t-il.

La facade d'un centre de santé.

L'ancien hôpital psychiatrique Lakehead fait partie de la liste des bâtiments en surplus de l'Ontario depuis 2018.

Photo : CBC

Clint Harris, un autre candidat à la mairie de Thunder Bay, propose quant à lui de changer le zonage pour favoriser la construction d’unités à logements multiples.

Ken Boschoff, qui est lui aussi dans la course et qui a déjà été maire deux fois par le passé, suggère des changements de zonage pour les appartements. D’autres solutions comme les minimaisons devraient aussi être explorées, avance-t-il.

Ken Boshcoff est devant un fond beige.

Ken Boshcoff a été deux fois maire de Thunder Bay.

Photo : Radio-Canada

S'il est élu comme maire, il s'engage à trouver un moyen d'accélérer l'approbation des terrains pour la vente au niveau de l'hôtel.

Nous avons des centaines de terrains qui peuvent être vendus à des promoteurs dès maintenant, les demandes de permis sont faites, les analyses d'impact sont faites, les dépôts de garantie sont prêts, mais ils sont bloqués, explique-t-il.

Il propose de trouver, s'il est élu, des moyens de réduire ces délais au sein de l'hôtel de ville.

Gary Mack et Robert Szczepanski, les deux autres candidats, n'ont pas répondu à nos questions.

Quel doit être le rôle du provincial?

Plusieurs candidats le mentionnent : le travail des municipalités dans le domaine du logement ne peut pas être effectué seul.

Tobin Kern affirme que les municipalités se battent à armes inégales contre le problème qu’est la crise du logement.

Le fédéral a l’argent, le provincial a la juridiction et les villes se retrouvent avec le problème, indique-t-il.

Femme sourit à la caméra.

Michelle Boileau se présente à la mairie de Timmins.

Photo : Facebook

Michelle Boileau, qui se présente à la mairie de Timmins, rappelle qu'une grande partie du travail des maires dans le dossier du logement doit se faire auprès des instances gouvernementales.

Nous devons continuer de tenter d’influencer les plus hauts paliers de gouvernement pour la construction de logements spécifiques, comme du logement de transition, du logement de soutien pour le système de santé, ou encore pour les gens avec un handicap ou les étudiants, dit-elle.

Pour améliorer la qualité des logements, elle affirme que les lois devront aussi être changées en ce qui concerne les propriétaires absents d’appartements.

Elle rappelle que l’Ontario doit embaucher plus de travailleurs qualifiés pour s’assurer que les logements puissent être construits.

Ken Boshcoff, quand à lui, croit que les villes ont assez de pouvoir par elles-mêmes pour favoriser la création de logements suffisants.

Je crois qu'on est capables de gérer cet enjeu de par notre propre capacité. Nous avons assez de personnel, il s'agit simplement de faire bouger le tout au sein du système, croit-il.

Les Ontariens sont appelés aux urnes pour choisir leurs représentants municipaux le 24 octobre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !