•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un incident « inusité » retarde le procès du Dr Ildebert Huard

Ildebert Huard.

Le Dr Ildebert Huard.

Photo : Radio-Canada

Le procès du Dr Ildebert Huard accusé d'agressions sexuelles est en suspend puisque son avocate a demandé une réouverture de la preuve pour examiner la conduite d'une plaignante.

Une des présumées victimes du fondateur de la Villa Ignatia a reconnu sa culpabilité la semaine dernière d'avoir tenté de négocier son silence.

La femme de 33 ans s'était rendue à la Villa Ignatia, après son agression alléguée, pour discuter avec la directrice générale Jacinthe Berthelot qui est également la conjointe du Dr Huard.

De présumée victime à accusé

Selon le résumé des faits lu à la Cour, elle lui aurait réclamé 50 000 $ sans quoi elle allait porter plainte à la police pour agression sexuelle.

Accusée d'extorsion, l'ancienne pensionnaire de la Villa a finalement plaidé coupable à l'accusation d'avoir tenté d'obtenir une contrepartie, en s'engageant à cacher un acte criminel.

Elle a reçu une absolution conditionnelle en échange d'une cinquantaine d'heures de travaux communautaires et du respect d'une probation.

Lorsqu'elle a témoigné au procès du docteur de 93 ans en novembre dernier, elle avait toutefois indiqué n'avoir jamais réclamé 50 000 $ à la directrice générale de la Villa.

L'homme et la femme marchent côte à côte en direction de la salle.

Ildebert Huard en compagnie de son avocate Me Susan Corriveau, lors de son procès en novembre 2021.

Photo : Radio-Canada / Yannick Bergeron

Ce rebondissement a incité l'avocate du Dr Ildebert Huard a demandé de rouvrir la preuve à son procès qui en était rendu à l'étape des plaidoiries.

C'est très inusité a constaté le juge Mario Tremblay parlant d'un incident exceptionnel et imprévisible.

La poursuite a indiqué au juge qu'elle n'écartait pas la possibilité de refaire témoigner à nouveau cette plaignante pour qu'elle s'explique.

Les parties vont revenir devant le Tribunal le mois prochain pour faire le point.

Plaidoiries

Ildebert Huard aurait agressé sexuellement sept femmes, en commettant divers attouchements.

Lors de son procès qui a débuté en novembre dernier, il a nié tout geste de nature sexuelle, admettant avoir pu toucher la cuisse ou l'épaule des patientes pour tisser un lien dans le cadre d'un processus thérapeutique.

Comme le procès s'est étiré, les avocates avaient convenu de faire leur plaidoirie par écrit.

L'avocate du Dr Huard, Me Susan Corriveau, a soumis au Tribunal un document de 250 pages.

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales, représenté par Me Geneviève Corriveau, a pour sa part résumé sa position dans une soixantaine de pages.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.