•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Parti québécois veut faire de Québec « une capitale internationale »

Paul St-Pierre Plamondon sourit, en conférence de presse, en compagnie de la candidate Jeanne Robin.

Selon Paul St-Pierre Plamondon, le maire de Québec « a eu de l'écoute » pour sa proposition.

Photo : Radio-Canada

Le chef du Parti québécois (PQ), Paul St-Pierre Plamondon, a indiqué vouloir faire de Québec une capitale internationale lors de sa rencontre avec le maire Bruno Marchand jeudi, à l'hôtel de ville.

La CAQ propose à Québec d’être la deuxième métropole. C’est comme un prix de consolation. Nous, on a une vision de la ville qui rayonne et qui prend toute la [place] qu’elle mérite, a affirmé le candidat dans la circonscription de Bourget.

Selon lui, le maire de Québec a eu de l’écoute pour ce projet.

Interrogé sur la question, Bruno Marchand a expliqué qu’il ne prend pas position par rapport au projet du PQ de faire de la province un pays, mais soutient que l’intérêt du parti porté à Québec est une excellente nouvelle.

« Je veux que les gens aient de l’ambition [pour Québec], à la hauteur des nôtres, pour bâtir une capitale nationale capable de faire face aux défis. Avoir des politiciens ambitieux, [désireux] de développer une capitale extraordinaire, c'est de ça qu'on a besoin. »

— Une citation de  Bruno Marchand, maire de Québec

Le chef de l'opposition à l'Hôtel de Ville, Claude Villeneuve, a indiqué avoir caressé de grandes ambitions à l'égard du statut de capitale internationale proposé par le chef péquiste.

Il y a trois capitales de pays en Amérique du Nord, c'est Mexico, Washington et Ottawa. Donc, est-ce qu'un jour nous verrons Québec devenir la quatrième d'entre elles? [...] C'est certes quelque chose qui contribuera à notre rayonnement, a-t-il souligné.

Pour ce qui est de la proposition de la CAQ, M. Villeneuve la trouve un peu absurde parce que Québec est déjà la deuxième métropole de la province, selon lui.

Paul St-Pierre Plamondon et Bruno Marchand assis à l'hôtel de ville.

Le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon, a rencontré le maire Bruno Marchand, jeudi.

Photo : Radio-Canada

Paul St-Pierre Plamondon a également profité de sa visite pour s’exprimer sur l'avenir du pont de Québec. Il soutient que, dans un Québec indépendant, le pont ne serait pas de compétence fédérale.

Le fédéral fait de l’argent en privatisant et le CN fait des profits sans l’entretenir. Il y a des limites à ce que le Québec doit assumer. C’est un principe d’équité, a clamé le chef péquiste.

Les visites tirent à leur fin

La tournée des chefs à Québec se termine vendredi. Ce sera au tour du chef du Parti conservateur du Québec, Éric Duhaime, de rencontrer le maire.

On n’a pas eu personne pour nous dire qu’on avait de mauvaises idées ou que ce n’est pas possible. [On pense aux] changements climatiques, aux infrastructures, au monde culturel, à l’itinérance, au logement social. On a de très bons politiciens qui ont envie d’aller de l’avant. Maintenant, ça va prendre plus que des vœux et, au parti qui sera élu, on va revenir avec notre liste d’épicerie, a assuré Bruno Marchand.

Avec la collaboration de Louise Boisvert

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !