•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Revalorisation salariale : les médecins albertains approuvent l’entente avec la province

Le sarrau d'un médecin anonyme et son stéthoscope.

Outre une hausse salariale, les deux parties s'engagent à trouver un terrain d'entente au sujet de points de désaccord laissés jusqu'ici en suspens.

Photo : Radio-Canada / David Donnelly

Radio-Canada

Les membres de l’Association des médecins de l'Alberta (AMA) ont voté à 70 % en faveur d'un nouveau contrat issu des négociations avec le gouvernement provincial. En plus de modestes augmentations de salaire, l’accord comprend également un engagement des deux parties à résoudre les conflits longtemps laissés en suspens.

Pour commencer, l'accord prévoit d’accorder aux médecins un paiement forfaitaire au cours de cet exercice financier pour reconnaître le travail qu’ils ont abattu au cours des deux dernières années, dans le contexte de la pandémie.

Ensuite, au cours des trois prochaines années, les médecins devraient bénéficier d’une hausse de leur taux de rémunération de 1 % chaque année.

Les documents fournis à la presse montrent que l'entente permettra aux médecins de l'Alberta de demeurer parmi les mieux payés, en moyenne, au Canada, mais ils ne fournissent pas d’éléments de comparaison avec les autres provinces.

Selon le gouvernement albertain, l'entente prévoit 252 millions de dollars de nouvelles dépenses au cours des quatre prochaines années, soit 59 millions de dollars en financement annuel et 16 millions de dollars en financement ponctuel.

La province a promis par ailleurs un investissement de 40 millions de dollars dans les réseaux de soins primaires au cours des deux prochaines années.

La rémunération totale des médecins coûte environ 5,6 milliards de dollars à la province annuellement.

Résoudre les problèmes en suspens

Pendant ce temps, des représentants des deux parties s'emploieront à négocier les points de désaccord jusque -là en suspens, notamment l'examen de tous les codes de facturation des médecins et un plafond quotidien qui empêche les médecins de voir plus de 65 patients.

L'accord engage ainsi le gouvernement à déposer, le plus tôt possible, un projet de loi pour abroger un pouvoir que le gouvernement du Parti conservateur uni (PCU) s'était octroyé pour résilier unilatéralement tout accord-cadre avec des médecins.

C’est en vertu de cette attribution que le gouvernement a imposé, en 2020, une nouvelle entente aux médecins.

Cette décision a contribué à détériorer ses relations avec l’AMA, qui avait d’ailleurs poursuivi la province pour ce qu'elle avait qualifié de violation des droits du travail de ses membres.

Le nouvel accord stipule que l'AMA retirera son action en justice une fois que le gouvernement aura modifié la loi.

Un autre point de discorde est que certains spécialistes sont mieux rémunérés que d'autres, pourtant aux prises avec des frais généraux extrêmement variables.

Pour remédier à cette situation, l'accord propose des augmentations de salaire légèrement plus importantes pour les médecins de famille et les généralistes en santé mentale, ainsi que pour les neurologues, les obstétriciens et les gynécologues, les pédiatres et les psychiatres.

L'entente intervient alors que l’Alberta s’apprête à avoir un nouveau premier ministre ou une nouvelle première ministre, dont le nom sera annoncé le 6 octobre.

Avec les informations de Janet French

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !