•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Là où je me terre, de Caroline Dawson, lancé en livre audio

Couverture orange du roman «Là ou je me terre» montrant la photo d'une jeune fille en noir et blanc.

Écrit par Caroline Dawson, «Là où je me terre» a été publié en 2020.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Après avoir conquis le haut des palmarès de ventes, le premier roman de Caroline Dawson, Là où je me terre, paru en 2020, est décliné en livre audio immersif. Une trentaine de personnes, dont Anne Dorval et Bernard Derome, ont prêté leur voix à cette version audio offerte sur la plateforme OHdio depuis mercredi. 

C’est la jeune actrice et autrice Kathy-Alexandra Retamal Villegas, dont les parents sont originaires du Chili comme Caroline Dawson et sa famille, qui incarne l’écrivaine dans le livre audio Là où je me terre. Caroline Dawson y fait le récit de son arrivée au Québec, en 1986, en tant que réfugiée avec sa famille fuyant le Chili de Pinochet alors qu’elle n’était qu’une enfant.

Il faut parler de cette réalité, de ce que veut dire vivre l’immigration, changer de pays et recommencer une nouvelle vie ailleurs, a expliqué Jocelyn Lebeau, le réalisateur du livre audio, en entrevue à l’émission Il restera toujours la culture mercredi.

Je trouve que Là où je me terre est un exemple du fait que l’art sert à quelque chose, à donner une voix et des mots à des humains, a ajouté celui qui a voulu faire entendre la voix de Caroline Dawson avec ce livre audio.

« Du cinéma pour les oreilles »

L’autrice estime que Jocelyn Lebeau, à qui l’on doit déjà le livre audio Ce qu'on respire sur Tatouine, de Jean-Christophe Réhel, a effectué un travail colossal pour concrétiser ce projet. 

« Ça ne devrait pas s’appeler un livre audio. C’est quelque chose de complètement différent; c’est du cinéma pour les oreilles, c’est vivant. »

— Une citation de  Caroline Dawson, autrice

[Jocelyn] pense en sons, alors que moi, [je pense] en mots, a-t-elle ajouté. 

Caroline Dawson pensait travailler sur l’adaptation du texte de son ouvrage lors de sa première session de travail avec Jocelyn Lebeau, il y a environ un an, mais la première question du réalisateur a surpris l’autrice. Dis-moi, à combien de mètres était située la mer de chez toi [au Chili]? a-t-il demandé à une Caroline Dawson incrédule. Car ce n’est pas la même chose si la mer était collée à ta maison ou si elle était à de nombreux kilomètres.

À ce souci apporté aux effets sonores pour rendre l’œuvre vivante s’est ajoutée une volonté de ne pas résumer la version audio de Là où je me terre à une simple lecture de texte. 

Je voulais vraiment que ce soit raconté, a-t-il dit. J’ai demandé [à Kathy-Alexandra Retamal Villegas] de s’imaginer, à chaque moment, qu’elle disait [le texte] pour la première fois.

Elle pose souriante et rayonnante.

L'écrivaine québécoise d'origine chilienne Caroline Dawson

Photo : Radio-Canada / Martin Ouellet

La famille de Caroline Dawson au micro

D’autres comédiens et comédiennes prêtent leur voix à ce livre audio, mais aussi Bernard Derome – Caroline Dawson voulait faire appel à une voix incarnant l’autorité au Québec, et Jocelyn Lebeau a pensé à l’ancien chef d’antenne – ainsi que des membres de la famille de l’écrivaine. 

Les auditeurs et autrices peuvent ainsi entendre le conjoint de l’autrice chanter une berceuse en suédois, sa langue maternelle, et son père prononcer les mêmes mots qu’il a dits à son arrivée au Québec, en 1986, pour demander l’asile politique, sa famille et lui ayant dû fuir le Chili, où leurs vies étaient menacées.

Il a répété ces mots, non pas avec la peur au ventre, mais avec une grande fierté et un microphone pour que tout le monde puisse entendre cette histoire, a expliqué Caroline Dawson. C’est comme si la boucle a été bouclée pour lui.

Quand mon père est revenu à la maison [après l’enregistrement], il a dit : "On a été accueillis comme des rois". Je ne serais jamais assez reconnaissante à Jocelyn pour cela.

Faire découvrir cette histoire à ceux et celles qui ne lisent pas

Le lancement de la version audio de Là où je me terre permet aussi à ce récit de toucher un public plus large, pour le plus grand plaisir de Caroline Dawson. 

Ce sont des gens qui, comme moi, sont trop fatigués ou malades [l’autrice souffre d’un cancer depuis plus d’un an], des personnes qui doivent faire de longues heures sur la route ou qui ne lisent pas, mais qui peuvent accéder à la littérature avec un livre audio.

D’une durée totale de 5 heures 12 minutes, les six épisodes de Là où je me terre peuvent être écoutés gratuitement sur OHdio.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !