•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pénurie de personnel en santé : la CAQ prévoit des ajustements de salaire pour l’Outaouais

Christian Dubé parle au micro tandis que les cinq candidats de la CAQ en Outaouais sont debout derrière lui.

Le ministre de la Santé Christian Dubé était accompagné des candidats de la CAQ en Outaouais.

Photo : Radio-Canada / Nafi Alibert

Radio-Canada

De passage à Gatineau jeudi pour soutenir les candidats caquistes dans la dernière ligne droite de la campagne, le ministre sortant de la Santé, Christian Dubé, a laissé entendre que des salaires aussi compétitifs que ceux de l’Ontario étaient indispensables pour le personnel en santé de l'Outaouais.

L'Outaouais fait face à une grave pénurie de main-d'œuvre dans le réseau de la santé. Un peu plus de 530 postes sont à pourvoir au sein des hôpitaux de la région, et parmi ceux-ci, 322 postes d'infirmières sont vacants.

Mercredi, des médecins en radio-oncologie de l’Outaouais ont également dénoncé un  bris de service partiel, en raison du manque de technologues en radio-oncologie.

Christian Dubé s'est pourtant targué d'avoir rétabli l'équité [salariale] avec les infirmières et a indiqué vouloir faire de même avec les radio-oncologues.

C’est important de tenir compte des disparités régionales, soutient-il, en point de presse.

Si la Coalition avenir Québec (CAQ) est réélu le 3 octobre , le ministre entend inclure des offres salariales différenciées dans le cadre des négociations pour le renouvellement des conventions collectives prévues en mars 2023. Les primes mises en place pendant la pandémie pourraient donc devenir permanentes.

« Moi, je ne parlerais plus de primes, mais d’avoir vraiment l'ajustement salarial, avec une approche différenciée qui permettrait d'être plus compétitif avec l’Ontario. »

— Une citation de  Christian Dubé, ministre sortant de la Santé

La tâche s'annonce cependant ardue. Faire accepter aux syndicats qu'on peut donner une augmentation à certains groupes, mais qu’il y a des enjeux régionaux comme ici en Outaouais, ça, ça va être le défi, ajoute-t-il.

« De belles promesses »

Cette déclaration n'a pas semblé plaire aux acteurs du réseau de la santé qui ont plutôt dénoncé un manque d'actions concrètes.

La présidente du Syndicat des professionnels en soins de l'Outaouais (SPSO), Karine D'Auteuil s'offusque de voir la CAQ dresser un portrait si positif de ses réalisations. Elle ajoute que le parti a mis en place bien peu de solutions concrètes aux problématiques qui assaillent le réseau de la santé.

Ça reste encore de belles promesses, lance-t-elle en entrevue.

Concernant l'ajustement des salaires, Mme D'Auteuil mentionne que cela fait près d'un an que cette solution est sur la table et que rien n'a été fait en ce sens. En plus de cette mesure, elle croit qu'il faut améliorer les conditions de travail en revoyant à la baisse les ratios, en abolissant le temps supplémentaire obligatoire et en augmentant les salaires.

La construction du nouvel hôpital ne sera pas achevée avant une dizaine d'années et il faut des changements dès maintenant, selon elle.

« Le système de santé ne peut pas se permettre d’attendre 10 ans avant d’avoir quelque chose de concret. »

— Une citation de  Karine D'Auteuil, présidente du Syndicat des professionnels en soins de l'Outaouais

Du temps supplémentaire obligatoire dans un nouvel hôpital, ça reste du temps supplémentaire obligatoire, souligne la présidente du SPSO. Les conditions de travail ne changeront pas parce que tu as des nouveaux murs.

Pour sa part, le président d'Action santé Outaouais, Denis Marcheterre, estime qu'au-delà des promesses, il faut agir, que ce soit la CAQ ou les autres partis.

On ne peut plus vivre dans l’idéologie de l’économie à tout prix comme on l’a vécu dans les vingt dernières années, soutient-il.

M. Marcheterre réitère qu'il fait être beaucoup plus compétitif face à l'Ontario qui attire énormément les professionnels de la santé du Québec.

Avec les informations de Nafi Alibert

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !