•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Face à la Chine, Washington veut accroître sa présence dans le Pacifique

Le secrétaire d'État Antony Blinken s'adresse aux participants du sommet entre les États-Unis et les nations insulaires du Pacifique.

Les États-Unis tiennent un sommet inédit des nations insulaires du Pacifique à Washington, où ils cherchent à contrer l'influence de la Chine. Mercredi, le secrétaire d'État américain Antony Blinken s'est adressé aux participants du sommet.

Photo : Getty Images / AFP / KEVIN WOLF

Agence France-Presse

Les États-Unis ont annoncé jeudi un nouveau fonds de 810 millions de dollars d'aide pour des îles du Pacifique lors d'un sommet auquel participe Joe Biden, sur fond de rivalité croissante avec la Chine dans cette région stratégique.

La Maison-Blanche a indiqué que 600 millions prendraient la forme d'un ensemble d'aides sur 10 ans visant à nettoyer des eaux polluées pour soutenir la pêche au thon, tandis que Washington va également renforcer son soutien en matière de climat et d'aide au développement, et sa présence diplomatique.

Le président américain prendra la parole plus tard jeudi lors de ce sommet inédit à Washington des nations insulaires du Pacifique, auquel participent 12 chefs d'État et de gouvernement.

Si d'aucuns évitent soigneusement de prononcer le nom de la Chine, le géant asiatique n'en est pas moins dans tous les esprits, et les responsables américains ne s'en cachent pas en privé.

L'objectif affiché est de renouer avec une région proche des États-Unis depuis la Seconde Guerre mondiale, mais où la Chine a pris de plus en plus d'importance ces dernières années via des investissements et des formations aux forces de l'ordre notamment, ainsi qu'un accord de sécurité avec les îles Salomon.

Le premier ministre Manasseh Sogavare a signé en avril dernier ce vaste accord de sécurité, aux contours flous, avec Pékin. Nombre de pays occidentaux, et tout particulièrement les États-Unis et l'Australie, redoutent que ce pacte permette à la Chine d'établir une base militaire dans le pays. Les îles Salomon ont cependant démenti cette hypothèse.

Parlant à l'AFP, le premier ministre a affirmé que les négociations à Washington en vue de l'adoption d'une déclaration commune à l'issue du sommet avaient, d'une manière positive, tenu compte de ses préoccupations ayant trait en particulier aux alliances régionales de l'ASEAN et du Quad (qui regroupe les États-Unis, l'Australie, le Japon et l'Inde).

L'exécutif américain a également annoncé que les États-Unis reconnaîtraient les îles Cook et Niue, des territoires autonomes dont la diplomatie, la défense et la politique monétaire sont rattachées à la Nouvelle-Zélande.

Présence diplomatique américaine accrue

Washington pourra ainsi augmenter sa présence diplomatique sur ces îles, qui totalisent moins de 20 000 habitants, mais couvrent une importante zone économique dans le Pacifique Sud.

Dans le cadre de cette nouvelle stratégie, Joe Biden a aussi pour la première fois désigné un ambassadeur pour siéger auprès du Forum des îles du Pacifique, en la personne d'un diplomate habitué de la région, Frankie Reed.

Les États-Unis avaient récemment annoncé le retour d'une ambassade américaine dans les îles Salomon, où la Chine est très présente, et la Maison-Blanche a indiqué jeudi que des ambassades américaines ouvriraient également auprès des îles Tonga et Kiribati.

Par ailleurs, l'Agence américaine pour l'aide au développement (USAID) ouvrira une mission dans les îles Fidji d'ici septembre 2023 et des membres du Peace Corps, un programme de bénévolat du gouvernement américain, seront déployés aux Fidji, à Tonga, Samoa et Vanuatu, ainsi que, possiblement, aux îles Salomon, selon la Maison-Blanche.

Le sommet rassemble en outre deux territoires français, la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française, toutes deux membres du Forum des îles du Pacifique, ainsi que le territoire américain de Guam.

La lutte contre le changement climatique figure également au centre des discussions, alors que certains de ces archipels sont à terme menacés d'être submergés en raison de la montée du niveau des océans.

Les îles du Pacifique comptent pour seulement 0,03 % des émissions de gaz à effet de serre, mais certaines sont menacées de disparition, et cela, même si la communauté internationale devait respecter l'Accord de Paris sur le climat.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !