•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le N.-B. annonce le plus gros surplus de son histoire : 777 millions de dollars

Ernie Steeves devant des drapeaux du Canada et du Nouveau-Brunswick.

Le ministre des Finances du Nouveau-Brunswick, Ernie Steeves, en point de presse peu avant le dépôt du budget 2022-2023 (archives).

Photo : Radio-Canada / Pascal Raiche-Nogue

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick présente un surplus de 777,3 millions de dollars pour l'exercice financier 2021-2022, son plus important excédent budgétaire alors que le taux d’inflation et le taux d’intérêt ont augmenté rapidement ces derniers mois.

Cette annonce survient alors que le taux d’inflation et le taux d’intérêt ont grimpé rapidement ces derniers mois et que le système de santé connaît une importante crise.

« De l’aide s’en vient. On n’est pas aveugles. On est conscients que les gens ont besoin d’aide. Mais l’argent qui est dépensé et qui sera dépensé va les aider. »

— Une citation de  Ernie Steeves, ministre des Finances

Pour ce qui est de la crise en santé, le ministre des Finances Ernie Steeves dit que l’argent n’est pas l’unique solution et que la province a un plan de recrutement.

Ce dernier préconise la prudence financière, particulièrement dans un contexte où le taux d’intérêt et le taux d’inflation ont grimpé rapidement ces derniers mois. Il ajoute que ces résultats sont ceux de l'année dernière et qu'il n'est pas possible d'utiliser cet argent cette année.

Mais nous allons aider aussi les Néo-Brunswickois avec la hausse du coût de la nourriture, de l’essence, le coût de la vie, précise-t-il.

Il évoque des investissements stratégiques, ce qui pourrait inclure une baisse des impôts et des taxes.

On a déjà fait baisser les coûts des garderies, les taxes des propriétés. On a des programmes en ce moment, et d’autres seront annoncés très bientôt, explique-t-il.

Nouveau surplus et réduction de la dette

Il s'agit de la cinquième année consécutive pour laquelle la province fait état d’un excédent budgétaire, cette fois le plus important de son histoire.

Pourtant, au moment de conclure le troisième trimestre, le Nouveau-Brunswick prévoyait un surplus de 487 millions de dollars, une augmentation donc de 178 millions de dollars.

La dette a diminué pendant cette période d’environ un milliard de dollars, passant de 13,5 à 12,4 milliards.

Le ministre attribue ces résultats à une augmentation de la population et aussi à la reprise économique, à la suite de la levée des mesures sanitaires.

On a été disciplinés et on a pris les bonnes décisions pour protéger les Néo-Brunswickois pendant la pandémie. Je suis fier de notre façon de gérer les finances publiques, a déclaré M. Steeves.

Plus d'investissements demande l'opposition

Ça démontre que le gouvernement a complètement perdu le contact avec les besoins de la population, conclut le libéral René Legacy, porte-parole en matière de finances.

Il se dit en état de choc et demande au gouvernement d'investir pour régler la crise en santé, pour entretenir les infrastructure et pour offrir un meilleur accès au logement.

M. Higgs et M. Steeves sont concentrés sur une tâche: payer la dette de la province à tout prix, pendant que d'autres personnes paient le prix, estime Kevin Arseneau, député du Parti vert.

S'il ne se dit pas contre l'idée de rembourser la dette, il croit qu'il ne faut pas le faire sans penser aux besoins des Néo-Brunswickois et des travailleurs. Il demande donc au gouvernement d'investir en santé, ainsi que pour lutter contre les changements climatiques et améliorer l'accès au logement.

Avec des informations de Sarah Déry

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !