•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un incendie endommage l’observatoire de recherche de Resolute Bay, dans l’Extrême-Arctique

Une rue de Resolute Bay, au Nunavut, en juin 2022.

La Gendarmerie royale du Canada enquête sur un incendie qui s'est produit mardi matin près de Resolute Bay, au Nunavut.

Photo : Radio-Canada / Matisse Harvey

Radio-Canada

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) enquête actuellement sur un incendie qui a détruit une grande partie de l’observatoire de recherche près de Resolute Bay, dans le nord du Nunavut, mardi matin.

Le détachement de la GRC de Resolute Bay a identifié deux suspects jusqu'à présent, et l'enquête se poursuit, a-t-elle fait savoir dans un communiqué de presse, jeudi.

Selon la GRC, des agents se sont rendus vers 7 h 00, mardi, à la station de recherche qui est située à environ 6,5 kilomètres de la collectivité.

Des pompiers éteignent un incendie à Resolute Bay, au Nunavut, le 27 septembre 2022.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'observatoire de recherche est situé en périphérie de la collectivité de Resolute Bay, à un peu plus de six kilomètres.

Photo : Gendarmerie royale du Canada

L’établissement était inoccupé au moment de l’incendie qui n’a fait aucun blessé. Le bâtiment abritant une génératrice a été endommagé, tandis que les locaux d’habitation sont complètement détruits.

La valeur des pertes reste à déterminer, mais elle est considérable, précise la GRC.

Elle indique qu’un enquêteur incendie du gouvernement du Nunavut est en route pour déterminer l'origine et la cause de l'incendie.

L’établissement est une station de recherche américaine de la Fondation nationale pour la science qui est opérée par l’entreprise SRI International, selon une section du site web de l’Université de Calgary spécialisée dans les sciences spatiales dans l’Extrême-Arctique.

L’observatoire abrite deux radars appartenant respectivement à la Fondation nationale pour la science et à l’Université de Calgary. Ils recueillent des mesures détaillées de paramètres ionosphériques, essentielles pour étudier le lien entre notre environnement spatial et la haute atmosphère.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !