•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le RTC forcé d’annuler plus de 1000 départs d’autobus en septembre

Des autobus en réparation dans un hangar sur des équipements de levage. Un homme travaille sous un autobus surélevé.

Le sel, l’eau et la glace ont entraîné une détérioration précoce des équipements qui permettent de soulever les autobus.

Photo : Gracieuseté : Réseau de transport de la Capitale

Le Réseau de transport de la Capitale fait face à une série de problèmes d’entretien des véhicules et de postes vacants, ce qui a entraîné l’annulation de plus de 1000 départs en pleine période de la rentrée.

La société de transport a été forcée d’annuler un peu plus de 1 % de ses quelque 4100 départs quotidiens depuis le début du mois.

Un pour cent, ça semble peut-être mineur, mais les annulations ont été concentrées surtout en heure de pointe sur les parcours métrobus. C'est là que ça a fait mal. Ces annulations ont eu comme principal effet de créer des surcharges, ce qui a affecté de nombreux clients, explique le directeur général du RTC, Alain Mercier.

Un garage mal conçu

La cause principale est la mise hors service d’urgence de tous les équipements de levage au centre d’entretien des métrobus.

Le garage a été inauguré en 2009, et le RTC admet aujourd'hui que les équipements ont été mal conçus pour l'hiver. Le sel, l’eau et la glace ont entraîné une détérioration précoce des outils qui permettent de soulever les véhicules de 20 tonnes pour les inspections et les réparations.

La corrosion a forcé la fermeture des neuf stations de travail au début du mois de septembre pour des raisons de sécurité.

« C'est l'élément déclencheur de la situation critique que nous avons vécu dans les dernières semaines. »

— Une citation de  Alain Mercier, directeur général du RTC

Depuis, le RTC a réussi à aménager huit stations temporaires, ce qui devrait assurer une meilleure stabilité dans le service.

Remplacement complet

Pour remédier à la situation à long terme, le RTC a devancé les travaux de remplacements des équipements de levage, aussi appelés des vérins.

Des investissements d’environ 10 millions de dollars seront nécessaires pour l’opération qui doit durer 14 mois, soit jusqu’en décembre 2023.

« L'impact sur la clientèle ne sera pas pendant 14 mois. L'offre est stabilisée présentement et je vous ramène au taux de livraison qui est à 98,6 %. [...] Je trouve ça quand même acceptable. »

— Une citation de  Maude Mercier-Larouche, présidente du RTC

Les usagers des métrobus doivent toutefois s’attendre à monter parfois à bord d’un autobus régulier de moins grande capacité, plutôt qu’un véhicule articulé de 18 mètres.

En temps normal, le RTC est en mesure d’assurer 99,5 % des départs prévus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !