•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Skier coûtera plus cher en Estrie cet hiver

Deux skieurs au sommet de la montagne à Bromont regardent à l'horizon.

L'augmentation du coût de la vie pousse les propriétaires de stations de ski à revoir les façons de faire. (Archive)

Photo : Radio-Canada / Émilie Richard

Radio-Canada

Les skieurs alpins devront mettre davantage la main à la poche cet hiver pour pratiquer ce sport. En moyenne, les tarifs augmenteront de 3 à 10 % en raison de l'inflation. Les propriétaires de stations de ski doivent donc revoir leurs façons de faire pour minimiser l'impact sur la clientèle, mais certains services, comme la restauration, pourraient diminuer leur offre.

À Bromont montagne d’expériences, le président, Charles Désourdy, explique qu'il prévoit augmenter le prix des billets journaliers de 6,5 %. Il soutient qu'il ne veut pas diminuer les heures d’ouverture ni la qualité des pistes, mais que la station doit trouver d'autres moyens pour atténuer la hausse des coûts. Les employés attitrés à la restauration ou au centre de location pourraient notamment être réaffectés ailleurs.

Selon Charles Désourdy, la masse salariale aurait augmenté de 20 % en deux ans pour attirer du personnel et garder ceux déjà en poste.

Billetterie de la station de ski Bromont, montagne d'expériences.

Les skieurs devront payer environ 6,5 % de plus pour un billet quotidien à Bromont montagne d'expériences.

Photo : Radio-Canada / Brigitte Marcoux

L'automatisation pour réduire les coûts

Charles Désourdy croit que la solution pour pallier le manque de main-d'oeuvre réside dans l'automatisation, et rappelle que la station a fait des investissements de 9,5 millions de dollars pour robotiser certains secteurs.

Nous allons avoir une billetterie automatique où tu arrives avec ton code-barre, et ton billet va sortir sans personnel. De plus en plus d'automatisation pour le café, la liqueur, même des machines qui existent pour le vin. On travaille pour automatiser le maximum de choses parce que de plus en plus, on va manquer de personnel, ajoute le président de Bromont montagne d'expériences.

On installe de nouveaux ventilateurs qui consomment beaucoup moins d’énergie. Ces derniers peuvent être activés avec un cellulaire, donc moins de main-d'œuvre pour l'opération. Il y a plein de petites choses que nous devrons faire année après année, ajoute-t-il.

Entrée du centre de ski Bromont.

Pour l’entreprise bromontoise, il est important de ne pas diminuer les heures d’ouverture ni la qualité du damage.

Photo : Radio-Canada / Brigitte Marcoux

La pénurie de logements exacerbe également la pénurie de main-d'œuvre à Bromont. Pour minimiser ce phénomène, la station de ski propose cette année un chalet pour accueillir une portion du personnel provenant de l'étranger.

Pour l'an prochain, un projet de construction de 12 logements est actuellement sur la table pour héberger les employés.

Avec les informations de Brigitte Marcoux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !