•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prix de l’essence : pas de répit à court terme, dit un expert

L'affiche d'une station-service montrant un prix de 2,40 $ le litre pour l'essence ordinaire.

Le prix de l'essence ordinaire est de 239,9 cents le litre dans certaines stations-service de Metro Vancouver (29 septembre 2022).

Photo : Radio-Canada / Benoît Ferradini

Radio-Canada

Le prix de l'essence ordinaire a fait un bon jeudi matin dans le Grand Vancouver, atteignant un record historique de 2,40 $ le litre dans certaines stations-service. Le prix moyen en Colombie-Britannique est de 2,12 $, et de 1,68 $, au Canada, selon le site GasBuddy.

Le prix est en hausse de 0,63 $ comparativement à la moyenne de 2021, et de 0,25 $, comparativement à la moyenne du mois d'août, toujours selon le site GasBuddy.

Il serait particulièrement élevé en raison d'une situation anormale dans l'ouest de l'Amérique du Nord, explique Werner Antweiler, économiste et spécialiste en ressources naturelles à l'Université de la Colombie-Britannique.

Cela ne vient pas des marchés mondiaux, où le prix chute actuellement, explique-t-il. Ce que nous voyons en ce moment [dans Metro Vancouver] c'est un pic très anormal de la marge de profit des raffineries parce que plusieurs d'entre elles ont cessé leur production de façon inattendue, dans certains cas pour de l'entretien.

Werner Antweiler note que des raffineries d'Edmonton et de l'État de Washington ont cessé leur production pour effectuer des travaux d'entretien en septembre alors qu'elles le font normalement en août quand les gens se déplacent moins pour le travail.

D'autre part, un incendie majeur s'est déclaré dans une raffinerie de l'Ohio, ce qui a entraîné sa fermeture. Des problèmes ont également été signalés dans des raffineries en Californie.

C'est beaucoup de production perdue [...] alors que la production était déjà très limitée, souligne Werner Antweiler. Tout cela entraîne une hausse des prix à la pompe.

Une situation qui risque de durer, selon un expert

Vijay Muralidharan, directeur général de R Cube Consulting, une firme d’analyse et de prévision du marché des produits du pétrole, précise que cette baisse de production s’ajoute à une demande qui n’a pas chuté, comme c’est normalement le cas au début de l’automne, car il fait encore beau cette année et les gens continuent à prendre la route.

« Nous nous attendons à ce que la période d’entretien dans les raffineries prenne fin au cours de la première ou de la deuxième semaine d’octobre. Alors, oui, j’ai bien peur que les prix restent au niveau où ils sont durant les prochaines semaines. »

— Une citation de  Vijay Muralidharan, directeur général, R Cube Consulting

L’expert des prix de l’essence ajoute que bien des facteurs entrent en jeu quant à l’avenir du prix de l’essence au pays. Selon la nouvelle réalité, nous nous attendons à ce que le prix de l’essence ordinaire se situe entre 1,50 $ et 1,80 $ le litre, et ce, c’est si les taxes n’augmentent pas et que les politiques gouvernementales ne changent pas du jour au lendemain.

Il note que, en raison des taxes, les Vancouvérois payent en moyenne 10 cents de plus le litre qu’ailleurs au pays. Au Canada, la moyenne est de 50 cents de taxes par litre d’essence, à Vancouver, elle est de 60 cents de taxes par litre, et en Alberta, de 30 cents.

Certains consommateurs ont donc décidé de prendre le transport en commun pour économiser. Je prends le Skytrain en ce moment pour éviter de payer les assurances et l'essence, explique Aaron Cunningham, un résident de Surrey. Avant je prenais ma voiture quand l'essence était beaucoup moins chère, mais maintenant le prix atteint des extrêmes.

Avec des informations de Dominique Lesvesque, Belle Puri, Karin Larsen, Jessica Cheung et BC Today

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !