•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le débat de l’Outaouais : santé, coût de la vie et environnement à l’ordre du jour

Cinq candidats aux élections provinciales.

De gauche à droite : André Fortin (PLQ), Mathieu Perron-Dufour (QS), Camille Pellerin-Forget (PQ), Terrence Watters (PCQ) et Mathieu Lacombe (CAQ).

Photo : Radio-Canada / Charles Lalande

Cinq candidats de l’Outaouais pour les principaux partis aux élections provinciales du Québec ont débattu d’enjeux reliés à la santé, au coût de la vie et à l’environnement, jeudi matin, au micro de Mélanye Boissonnault à l’émission Les matins d’ici.

Les candidats au débat :

  • Coalition avenir Québec (CAQ) : Mathieu Lacombe, candidat dans Papineau

  • Parti libéral du Québec (PLQ) : André Fortin, candidat dans Pontiac

  • Québec solidaire (QS) : Mathieu Perron-Dufour, candidat dans Hull

  • Parti québécois (PQ) : Camille Pellerin-Forget, candidate dans Hull

  • Parti conservateur du Québec (PCQ) : Terrence Watters, candidat dans Pontiac

Les thèmes du débat ont été choisis en fonction des enjeux qui sont jugés prioritaires par nos auditeurs, qui ont d'ailleurs été invités à envoyer une question aux candidats.

Santé

Le débat s'est ouvert sur le thème de la santé, opposant d’abord Terrence Watters du PCQ et Mathieu Perron-Dufour de QS, avec la question : que faire afin d’éviter de futures fermetures des salles d’urgence en Outaouais?

Les deux candidats se sont positionnés en faveur d'une bonification des conditions de travail des professionnels de la santé.

Le candidat de QS croit toutefois qu’il faut également revaloriser la première ligne et les CLSC. Pour sa part, M. Watters estime qu’il faut laisser davantage de place au secteur privé en santé, une idée à laquelle s'opposent M. Perron-Dufour et la candidate du PQ, Camille Pellerin-Forget.

Portrait de Mathieu Lacombe.

Ancien journaliste à Radio-Canada, Mathieu Lacombe a également travaillé à TVA avant de faire le saut en politique en 2018.

Photo : Radio-Canada / Charles Lalande

La place du privé en santé

Le public doit rester public, s’est exclamée Mme Pellerin-Forget, qui craint que d’inclure le privé dans l’équation fasse augmenter les frais facturés à l’État.

Le libéral André Fortin a accusé son adversaire du PCQ dans Pontiac, Terrence Watters, d’avoir eu la pire proposition de toute la campagne en proposant la privatisation de l’Hôpital du Pontiac. M. Fortin croit que ce geste pourrait mener à la fermeture de ce centre hospitalier.

André Fortin pose pour la caméra.

André Fortin, candidat du Parti libéral du Québec, dans la circonscription de Pontiac.

Photo : Radio-Canada / Charles Lalande

La décentralisation du système

Le caquiste et ministre responsable de la région de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, soutient de son côté qu’il est important de décentraliser le réseau de la santé et que le gouvernement sortant a commencé à le faire, entre autres, en nommant des adjoints de proximité dans des communautés.

La péquiste Camille Pellerin-Forget ne soutient pas le processus de décentralisation de la CAQ ni la réforme Barrette. Elle souhaite davantage de pouvoirs régionalisés en santé, sans que le gouvernement soit à la tête de cette gestion.

Mathieu Pellerin-Dufour a ensuite accusé la CAQ de conserver une vision hospitalo-centrique, entre autres avec le projet du Centre hospitalier affilié universitaire de l’Outaouais à Gatineau, qui centraliserait certains services médicaux spécialisés.

Portrait de Mathieu Perron-Dufour.

Le candidat de QS dans Hull, Mathieu Perron-Dufour

Photo : Radio-Canada / Charles Lalande

Attirer et garder les travailleurs de la santé en Outaouais

Le candidat du PLQ, André Fortin, a qualifié la rétention et le salaire des travailleurs de la santé dans la région de l’éléphant dans la pièce lors du débat ouvert sur la santé.

Il faut accorder aux travailleurs de la santé le même salaire qu’en Ontario, a-t-il clamé.

C’est un argument auquel la candidate du PQ a rétorqué en disant qu’elle estime que les gouvernements du PLQ et de la CAQ n’ont pas écouté les syndicats concernant les conditions de travail. Mme Pellerin-Forget a ensuite demandé à M. Lacombe les raisons pour lesquelles le gouvernement de la CAQ n’avait pas aboli le TSO ni la loi ratio.

Mathieu Lacombe n’a pas tardé à répliquer qu’on parle de convention collective; il faudrait la lire avant de nous attaquer. Le caquiste a ajouté qu’il fallait entre autres mettre de l’argent entre-temps afin de garder les travailleurs actuels et d'en recruter davantage rapidement.

Coût de la vie

Cinq candidats de l'Outaouais ont pris part au débat d'ICI Ottawa-Gatineau et ont échangé sur les mesures proposées par leur parti concernant le coût de la vie.

Mathieu Lacombe et André Fortin ont ensuite croisé le fer au sujet de la hausse du coût de la vie, notamment en mettant en avant ce que leurs partis proposent pour réduire les écarts de richesse d’un bout à l’autre de la région. La CAQ et le PLQ proposent notamment de baisser les impôts.

Par la suite, Camille Pellerin-Forget a demandé à M. Lacombe pourquoi son parti et lui n’ont pas discuté de la possibilité d’abolir la clause F des baux dans les résidences privées pour aînés, comme le propose le PQ. Cette clause permet aux propriétaires de nouveaux logements d’augmenter les loyers sans limite pendant trois ans.

Camille Pellerin-Forget pose pour la caméra avant le débat de l'Outaouais.

Camille Pellerin-Forget est la candidate du Parti québécois dans la circonscription de Hull.

Photo : Radio-Canada / Charles Lalande

Le candidat de Québec solidaire a poursuivi le débat en revenant sur les baisses d’impôts. Il se questionne notamment sur leur nécessité, estimant qu’elles bénéficient aux plus riches et qu’elles constituent, selon lui, une mesure temporaire de soulagement pour l'inflation.

Pour sa part, Terrence Watters, du PCQ, croit que la baisse d'impôts doit toucher tout le monde. C’est pourquoi les nôtres sont les plus substantielles.

Environnement

Dans un duel opposant Terrence Watters du PCQ et Camille Pellerin-Forget du PQ, on leur a demandé de se prononcer sur la façon dont le Québec peut arriver à un plan plus vert, solide et dynamique en matière d’environnement.

Bien qu’il s’agisse ici du nerf de la guerre selon M. Watters, le candidat conservateur dans Pontiac croit que le Québec ne peut pas le faire de façon coercitive, notamment en ce qui concerne les métiers et les véhicules.

Portrait de Terrence Watters.

Terrence Watters tente de déloger André Fortin dans la circonscription de Pontiac.

Photo : Radio-Canada / Charles Lalande

Camille Pellerin-Forget souhaite que le Québec devienne un leader en matière d'environnement grâce aux énergies renouvelables. Elle dit être d'accord avec une seule chose dans la plateforme du PCQ : La crise environnementale doit être rassembleuse. M. Watters répond que le Québec est déjà l'État le plus vert en Amérique du Nord.

Lors du débat ouvert, le candidat libéral André Fortin a lancé que la CAQ n'a aucune cible et refuse un moratoire sur les claims miniers – un sujet qui génère des inquiétudes dans la MRC de Papineau, au sein de la circonscription de Mathieu Lacombe.

Le caquiste a indiqué que l'acceptabilité sociale aura préséance sur les claims miniers en Outaouais. Il y a débat sur le sujet et les résidents choisiront, selon lui.

Pour sa part, Mathieu Perron-Dufour, de QS, a déclaré qu'il ne voit aucune acceptabilité sociale sur les claims miniers et soutient un moratoire.

Bannière promotionnelle de notre dossier sur les élections provinciales au Québec.

Fonctionnement

Pour chaque thème, les candidats étaient invités à répondre à une question posée par Mélanye Boissonnault, pour une durée totale de trois minutes. S’ensuivait un débat ouvert entre les candidats pendant sept minutes.

Quant aux questions envoyées par le public, les candidats avaient une minute pour y répondre. À la toute fin du débat, chacun disposait de 30 secondes pour convaincre le public de voter pour son parti.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !