•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dominique Anglade de retour en Estrie 

Dominique Anglade parle au micro, tandis que Marwah Rizqy, les yeux baissés, est à sa gauche, avec un autre homme.

Dominique Anglade était de retour en Estrie mercredi. (archives)

Photo : Radio-Canada / John Jaramillo

Radio-Canada

La cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade, était de nouveau de passage en Estrie mercredi. Elle s’est arrêtée à Magog pour assister à un événement organisé par le Centre l’élan pour inaugurer un nouveau groupe de soutien LGBTQ+.

Rencontrée sur place, la candidate libérale dans Orford, Vicki May-Hamm, a indiqué avoir confiance dans ses chances de remporter la circonscription le 3 octobre. 

Je suis très contente de l’accueillir [Dominique Anglade] à nouveau. Ce que ça nous dit, c’est qu’on a beaucoup de chances qu’Orford redevienne rouge, souligne-t-elle. 

Des agriculteurs font front commun pour soutenir Québec solidaire 

Dans le secteur de Mégantic, des agriculteurs font front commun pour appuyer publiquement Québec solidaire. 

Ce sont 21 agriculteurs, dont une majorité de maraîchers, qui ont fait parvenir une lettre d’appui à Marilyn Ouellet, candidate de Québec solidaire. Ils jugent que le parti a le meilleur plan pour lutter contre les changements climatiques et aider les agriculteurs. 

J’ai fait le choix de m’assumer et de démontrer ça publiquement, parce que le changement doit s’opérer si on veut continuer à produire et profiter de l’environnement. On ne le mangera pas, notre argent, souligne Camille Lussier, de la ferme les Hôtes Épinettes, qui a signé la lettre d’appui. 

Camille Lussier se tient dans un champ.

Camille Lussier et une vingtaine d'autres agriculteurs appuient la candidate solidaire dans le secteur de Mégantic.

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Même si elle ne rentre pas le 3 octobre, elle va avoir fait une différence dans la campagne, ça aura fait bouger les choses, ça aura fait discuter aussi, et chaque vote compte, ajoute-t-elle. 

Memphrémagog conservation dévoile ses priorités électorales 

Mercredi, l’organisme Memphrémagog conservation a par ailleurs dévoilé ses sept priorités dans le cadre des élections. 

Il demande un plan de lutte national contre les espèces exotiques envahissantes. Il exige aussi un plan pour diminuer les apports en phosphore dans les lacs, qui contribue à la dégradation de la qualité des cours d’eau. 

Ce n’est pas si compliqué que ça de se pencher sur la situation et de fixer un objectif. On a toute l’information pour aider le gouvernement, pour travailler avec eux pour trouver des solutions concrètes, fait remarquer la présidente de Memphrémagog conservation inc., Johanne Lavoie. 

La Table régionale de concertation des aînés de l’Estrie rencontre des candidats 

À Sherbrooke, la Table régionale de concertation des aînés de l’Estrie a rencontré des candidats pour leur faire part de leurs revendications. 

Sa présidente, Micheline Roberge, s’est dite satisfaite par les échanges. 

Elle souhaite surtout que le prochain gouvernement mette la dignité au cœur de toutes ses actions pour les aînés.

Revaloriser les aînés, leur donner leur place, et reconnaître qu’ils ont été bâtisseurs. Les aînés, présentement, on leur a enlevé beaucoup de dignité, mais ils en ont, de la dignité, ils sont fiers, et ils veulent continuer à être écoutés et reconnus, souligne-t-elle. 

Les dépliants électoraux continuent à alimenter la discussion

Le Parti conservateur du Québec (PCQ) s’est inquiété de l’équité à l’Université de Sherbrooke mercredi. Selon l’association locale du parti, le PCQ aurait tenté de faire de l’affichage et de distribuer du matériel promotionnel, mais se le serait fait interdire, alors que d’autres partis, comme Québec solidaire, sont très actifs sur le campus. 

Comment ça se fait que nous, on sent qu’on n’a pas eu cette chance-là de pouvoir aller sur les campus et faire la promotion de nos partis et de nos programmes? Je crois que ça aurait été plus juste et équitable, a demandé Zoée St-Amand, la candidate conservatrice dans Sherbrooke. 

Dans un courriel à Radio-Canada, l’Université de Sherbrooke a répondu que Nous rappelons que notre campus est ouvert et que nous souhaitons que les étudiantes et étudiants participent au processus démocratique et exercent leur droit de vote. L’Université de Sherbrooke a transmis ses règles concernant l’affichage et la sollicitation sur ses campus à tous les partis, et ce à plusieurs reprises. Au cours des derniers jours, nous avons reçu à la fois des demandes et des questionnements de différents partis et à chaque fois nous y avons répondu.

Avec les informations de Thomas Deshaies 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !