•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Démissions en bloc dans une RPA de Farnham

Un long bâtiment en briques rouges sur quatre étages.

La Résidence Magenta à Farnham. (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Résidence privée pour aînés (RPA) Magenta, à Farnham, a dû se réorganiser pour éviter le bris de service après la démission en bloc de quatre préposées aux bénéficiaires, mardi. Ce geste est qualifié d’irresponsable par la direction. Les ex-employées estiment toutefois qu’elles n’avaient pas le choix, compte tenu des trop longues heures de travail qui mettaient, selon elles, leur qualité de vie et la sécurité des résidents en péril.

Au printemps 2021, la préposée aux bénéficiaires retraitée Carmen Gagné a décidé de faire sa part en intégrant l’équipe de la Résidence Magenta, une RPA d’environ 80 places. 

Je l’ai fait avec mon cœur [retourner au travail], j’étais contente, se souvient-elle. 

Dix-sept mois plus tard, son retour sur le marché du travail a cependant pris fin brusquement : elle a démissionné avec trois autres collègues. 

« On fait des 12 h, des 14 h, des 17 h, on est à bout. Je rentrais dans le bureau, je pleurais. Des résidents m’ont vue pleurer, car j’étais fatiguée, j’avais peur de faire des erreurs médicales.  »

— Une citation de  Carmen Gagné

Sa collègue Sylvie Gaudreau a elle aussi déchanté rapidement. Un mois après son arrivée, elle a remis sa démission, devant des horaires de fous.

On est plus souvent au travail qu’avec notre famille!, s’exclame-t-elle. Si on agit en bloc et qu’on se tient, ça va avoir plus d’impact. Je pense que c’est de penser aux autres résidences aussi, partout autour, et dire que dénoncer, c’est important.

Onde de choc

Ce geste d’éclat crée une onde de choc à la résidence.

Comme dans plein d’entreprises, il y a des gens qui s’entendent mieux qu’avec d’autres. Eux ont décidé de quitter en groupe, et je trouve ça un peu irresponsable, car quand tu es PAB [préposée aux bénéficiaires], on n’est pas un Tim Hortons que si on n’a pas de staff, on peut fermer la nuit, croit le propriétaire de la résidence, Éric Breton. 

La Résidence Magenta a malgré tout évité le bris de service. On n’a pas eu de bris de service, il n’y a aucune vie en danger. Tout fonctionne normalement. On a deschallenges de main-d'œuvre comme bien des secteurs et des industries présentement, mais on va s'assurer que le service continue, et que les gens soient en sécurité ici, ajoute M. Breton.

La sécurité des résidents préoccupe aussi les employés qui ont démissionné. Elles demandent au CIUSSS de l’Estrie - CHUS d’aller sur le terrain. 

De venir vérifier ce qui se passe ici, à la résidence, parler aux employés. On n’est plus là, mais essayer de nous rencontrer pour savoir les vraies choses qui se sont passées, espère Carmen Gagné. 

Dans un courriel à Radio-Canada, le CIUSSS de l'Estrie - CHUS indique que des échanges avec la ressource en question ont eu lieu pour s'assurer que la sécurité des résidents et que les soins et services soient maintenus.

Avec les informations de Guylaine Charette 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !