•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La campagne de vaccination contre la grippe est lancée dans la région

Deux mains de dame effectuent une piqûre avec une seringue sur le bras d'un patient

La campagne de vaccination contre la grippe se met en branle au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Photo : Radio-Canada

La prise de rendez-vous a débuté mercredi dans la région pour la vaccination contre la grippe en vue du début de la campagne le 5 octobre. La santé publique invite la population à se faire vacciner, alors que la grippe pourrait être plus présente pendant les prochains mois.

La prise de rendez-vous se fait via le portail Clic Santé. La vaccination antigrippale est accessible gratuitement à une partie de la population dans les centres de vaccination et dans les pharmacies.

La santé publique espère rejoindre 80 % des clientèles ciblées, indique Myriam Tremblay, infirmière et conseillère à la Direction de la santé publique du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

La campagne de vaccination sera concentrée en octobre et en novembre. La santé publique s’attend à ce que l’influenza se propage davantage cet automne et cet hiver, alors que les mesures sanitaires liées à la COVID-19 avaient contribué à diminuer sa propagation l’automne et l’hiver derniers. La grippe saisonnière avait alors plutôt frappé au printemps.

« Les spécialistes surveillent l’activité grippale. On a quand même moins de mesures [sanitaires], on a plus de rassemblements, tout ça, donc, ça peut très bien arriver plus tôt cette année, comparativement à l’année passée, où il y avait plus de mesures en place. »

— Une citation de  Myriam Tremblay, infirmière et conseillère à la Direction de la santé publique

Mercredi après-midi, 445 personnes avaient pris un rendez-vous sur Clic Santé.

Principaux groupes ciblés

La vaccination est particulièrement recommandée pour certains groupes qui sont plus à risque de développer des complications.

C’est mieux de se faire vacciner, pour éviter les complications, parce que ça alourdit aussi, pour le système de la santé, avec les complications, les hospitalisations, les décès, également, ajoute Myriam Tremblay.

Les enfants de 6 mois à 17 ans, ainsi que les adultes, qui sont atteints d’une maladie chronique peuvent recevoir le vaccin.

Les femmes enceintes, qui en sont au deuxième ou au troisième trimestre de leur grossesse peuvent également le recevoir. Celles qui en sont au premier trimestre, mais qui sont atteintes d’une maladie chronique, sont aussi admissibles.

La campagne de vaccination s’adresse aussi aux personnes âgées de 75 ans et plus.

Des personnes en train de se faire vacciner et d'autres en attente.

La vaccination antigrippale est accessible gratuitement à une partie de la population dans les centres de vaccination et dans les pharmacies.

Photo : Radio-Canada / Lynda Paradis

Autres personnes admissibles

Les personnes qui habitent sous le même toit qu’une personne à risque, ainsi que les travailleurs de la santé, peuvent aussi se faire vacciner.

La vaccination est aussi offerte aux enfants de 6 à 23 mois et aux personnes de 60 à 74 ans qui sont en bonne santé.

Ceux qui souhaitent se faire vacciner, mais qui ne font pas partie des groupes ciblés, doivent se tourner vers les pharmacies et les cliniques privées et défrayer les coûts du vaccin.

La campagne de vaccination se poursuivra le temps nécessaire. Elle va continuer tant que le pic n'est pas passé. Nous on a une surveillance de l’activité grippale, à un moment donné on voit que ça se calme, c’est passé. Donc, à partir de ce moment-là, on arrête de faire une offre systématique , précise Myriam Tremblay.

COVID-19 : dose de rappel et vaccin bivalent

Il sera également possible pour les personnes admissibles de recevoir une dose de rappel du vaccin contre la COVID-19 en même temps que le vaccin contre la grippe.

Si ça fait plus que cinq mois, on va vous offrir le vaccin, soit en site de vaccination ou lors de la prise de rendez-vous. La coadministration à donner, les deux vaccins en même temps, c’est un bon moyen, c’est efficace, mais il n’y a pas plus d’effets secondaires quand on a les deux vaccins , précise l’infirmière Myriam Tremblay.

Par ailleurs, l’achalandage dans les centres de vaccination a augmenté dans la région depuis l’arrivée du vaccin bivalent, il y a presque trois semaines. Ce vaccin est plus efficace contre le variant Omicron.

Environ 2800 personnes par semaine se faisaient vacciner peu avant l’arrivée du vaccin bivalent, selon les données du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la région.

Dans les deux dernières semaines, près de 4700 et 4300 personnes ont été vaccinées. Le CIUSSS s’attend à une augmentation cette semaine, alors que près de 2200 personnes ont déjà été vaccinées au total lundi et mardi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !